Discret mais essentiel

A l’heure du Salon du livre de Paris, retour sur un essai publié il y a un an, passé quasi inaperçu et pourtant essentiel dans le champ esthétique des digital humanities.

Le philosophe Leszek Brogowski s’est engagé depuis quelques années dans l’édition, défendant le livre d’artiste comme lieu de résistance et dispositif d’exposition capable de pallier aux logiques rentables et marchandes des mondes de l’art et de l’édition bibliophile. Editer l’art – Le livre d’artiste et l’histoire du livre, son dernier essai paru il y a un an et passé inaperçu dans la presse spécialisé, s’inscrit dans la filiation des travaux d’Anne Mœglin-Delcroix à qui il rend d’ailleurs un vibrant et chaleureux hommage.

Si Leszek Brogowski  a publié aux Éditions Incertain Sens quelques ouvrages d’artistes qui allient support papier et support numérique, il n’en fait toutefois pas un genre particulier à défendre. De même, le monde de l’Internet ne semble pas éveiller en lui la promesse ou la possibilité d’une émancipation du livre d’artiste.

Pourtant la réflexion du philosophe concerne les digital humanities car elle interroge les mésaventures de l’esprit discursif à l’époque du numérique. L’histoire du livre de l’art est aussi celle de la pensée. C’est la raison pour laquelle Leszek Brogowski opère avec justesse un lien direct entre la manière dont le livre a instauré à travers les siècles une sensibilité et une manière de penser dans le champ de la philosophie et la manière dont le numérique et l’Internet affectent les modes de raisonnement et l’ordre du discours.

Pour Leszek Brogowski, le problème réside dans le mode de perception et d’appréhension des données sur le réseau Internet qui relève de l’abduction : l’internaute progresse par pertes et profits, maximise certaines occurrences et en délaisse d’autres. De ce commerce hasardeux, il en ressort une pensée éclatée et fragmentée, sans racine ni mémoire et des échantillonnages accidentels d’expériences difficilement transmissibles. Dans ce contexte, le livre d’artiste apparaît comme un laboratoire de formes et d’idées où se formulent des réponses à la capacité d’enregistrement des machines numériques et des nouveaux modes d’organisations des données sur le réseau internet.

Trop rarement abordée dans le champ de l’esthétique, la question de l’expérience diffuse et incertaine liée à la fréquentation des données numériques trouve ici, sous la plume de Leszek Brogowski, une formulation philosophique et artistique bienvenue. A cet égard, son dernier essai doit être considéré comme un des ouvrages clés de la réflexion esthétique à l’époque du numérique.

Editer l’art – Le livre d’artiste et l’histoire du livre, de Leszek Brogowski, Les éditions de la Transparence, mars 2010, 351 p.


Nicolas Thély

Nicolas Thély est professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2. Il est directeur de la MSH-B

More Posts

Publié par

Nicolas Thély

Nicolas Thély est professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2. Il est directeur de la MSH-B

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *