Nature humaine et Internet

Si parfois l’art contemporain permet d’expérimenter sur l’instant les effets du numérique, la littérature décrit avec minutie les symptômes dont nous sommes affectés depuis que l’Internet et le numérique conditionnent les moindres de nos faits et gestes.

Dans un article publié le 19 avril 2012 sur le site Médiapart, « FaceBook, c’est aussi les romans que sont nos vies, parfois« , la critique littéraire Christine Marcandier revient sur une tendance actuelle de la littérature contemporaine où les réseaux sociaux sont au centre des récits. Après une première vague de romans américains (Super triste histoire d’amour de Gary Shteyngart, Lointain souvenir de la peau de Russel Banks, Richard Yates de Tao Lin) , voici l’arrivée de quatre romans hexagonaux : Enjoy de Solange Bied-Charreton, Faux Profil de Jérôme Dumoulin, Le Miracle d’Ariel Kenig, Le livre des visages de Sylvie Gracia.

De la même manière qu’il y a avait une résonance, à la fin des années 90, entre les vidéos de Pierre Huyghe et de Douglas Gordon et les œuvres littéraires de Tanguy Viel et de Patrick Bouvet, il semble y avoir des accointances très fortes entre les quatre romans cités plus haut et les productions plastiques de Fanette Muxart, de Franck Lebovici, d’Agnès de Cayeux et de Clôde Coulpier. Cela reste, bien entendu, à démontrer – j’y reviendrai -, mais pour le moment associons ces quatre romans dans cet embryon de corpus déjà composé de :

Prise de contrôle sur Numéris, une nouvelle de Michel Houellbecq publiée en 1991 dans Rester Vivant ;

Sexe et solitude, un roman de Bruce Benderson publié en 1999 ;

E-love, petit marketing de la rencontre, un récit de Dominique Baqué publié en 2008 ;

– et Margot.monmodele.com de Margot M*** publié en 2011.

 

Nicolas Thély

Professeur en art, esthétique et humanités numériques à l’université Rennes 2, Nicolas Thély est directeur de la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne (USR 3549).

More Posts

Follow Me:
Twitter

Lisse et policé

"Dark Day" (2012) by Abigail DeVille
"Dark Day" (2012) by Abigail DeVille

J’inaugure avec ce billet la retranscription de mes notes de lecture d’article de presse ou de mes simples surlignages…. Le premier billet concerne un article qui porte une sévère critique sur le « mode lisse et policé » d’une exposition mainstream… 

 

Dans le Journal des arts daté du 13 avril 2012, le critique d’art Frédéric Bonnet porte un jugement très intéressant sur l’exposition The Ungovernables qui s’est tenue au New Museum de New-York. Le critique rappelle l’ambition de l’exposition qui regroupait des artistes dits « trentenaires » :

 » Elle prétend embrasser l’énergie des urgences de cette génération. Des urgences qui sont formelles et philosophiques, matérielles et idéologiques, et suggère à la fois la résistance anarchique et organisée et l’humour sombre (…) de cette génération. »

Mais  au grès de la visite de l’exposition, le critique d’art constae que « de tensions on ne perçoit point. Formes et contenus ressassés. » Ce ratage de l’exposition ne s’explique pas simplement par l’accrochage qui semble être contre-productif ; Frédéric Bonnet identifie un autre problème :

« Autre écueil et non des moindres, le complet « merchandasing » (marchandisage) tant de l’exposition que de beaucoup d’œuvres exposées. Tout semble formaté pour une facilité d’usage, une lecture rassurante. A l’exception d’une installation d’Abigail DeVille, coincée dans un espace malhabile dans les escaliers, et qui constitue une échapée belle sombre et onirique (Dark day, 2012), rien ne dépasse. Tout ou presque est lisse, asceptisé, sans aspérités aucune, ce qui dans une proposition évoquant la résistance, qui plus est émanant d’une génération de trentenaires, en serait presque à pleurer… mais pas de rire. »

En 2007, pour mémoire, avec les mêmes intentions que les commissaires de l’exposition The Ingouvernables, Stéphane Sauzedde proposait à Grenoble une exposition à faible intensité et volontairement rugueuse  intitulée : Basse def…

 

Nicolas Thély

Professeur en art, esthétique et humanités numériques à l’université Rennes 2, Nicolas Thély est directeur de la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne (USR 3549).

More Posts

Follow Me:
Twitter