Archives par mot-clé : Creative Commons

L’esthétique intergénérationnelle

 

 

Le 18 avril 2011, lors d’une communication au Cern sur les infrastructures du savoir, Lawrence Lessig est revenu sur la distinction qu’il fait entre la read-only culture et la read and rewrite culture. L’angle d’attaque du défenseur des creative commons est certes strictement juridique mais l’utilisation permanente de productions amateurs et artistiques dans son argumentation montre comment l’esthétique et la philosophie de l’art  doivent être interpellées par la question des droits d’auteur et également la manière dont le réseau contribuent à former les goûts et travailler les comportements.

Du clip vidéo au mash up

Dernier exemple en date utilisé par le juriste américain, le détournement de la chanson Lisztomania du groupe Phoenix, sortie en 2009. Des appropriations sauvages, des mash up1, de la chanson se sont multipliées sur les plateformes vidéo. Elles montrent des jeunes gens de Rio de Janero à Brooklyn en passant par Tel Aviv et Boston en train de danser sur la musique du groupe et accomplir les mêmes gestes, la même chorégraphie.

Ces productions bon enfant, respirant la joie de vivre comme une publicité pour du chewing-gum, ne ressemblent en rien au clip vidéo officiel où les membres du groupe versaillais se promènent dans les rues de Bayreuth sur les traces de Franz Liszt.

Les réalisateurs de ces vidéos font explicitement référence à une réalisation intitulée Lisztomania (Unofficial Video) où la chanson éponyme de Phoenix sert de bande son à la reprise d’une séquence du film Breakfast club (1985), film culte des années 1980, huis clos cinématographique auscultant l’adolescence mais aussi prétexte à réflexion sur la mixité sociale et culturelle de l’Amérique WASP de Ronald Reagan. Impossible de démasquer l’auteur de ce mash up. En consultant les commentaires sur le compte de 00mit00 qui a déposé cette vidéo le 17 avril 2009 sur You Tube, un certain avoidantconsumer se  plaint d’avoir été spolié (« Why did you steal my video ? »), mais son compte a été fermé par les services de YouTube :

Le compte YouTube de avoidantconsumer a été clôturé, car nous avons reçu, à plusieurs reprises, des notifications de tiers nous informant que plusieurs personnes suivantes, dont les suivantes, ont déposé une réclamation pour atteinte aux droits d’auteur : The Cartoon Network, Inc.

Du huis clos cinématographique à l’effet de réseau

Toujours est-il que la séquence aujourd’hui consultable sur la page de 00mit00 sert de canevas pour les internautes désireux de célébrer leur goût pour la musique de Phoenix. La séquence remixée de Breaksfast Club est un passage où les cinq jeunes gens collés pour un après-midi improvisent dans la bibliothèque du lycée une danse sur We are not alone de Karia DeVito, chanson faiblarde et insipide, écrasée par la puissance de Don’t forget about me de Simple Minds qui restera la bande son du long-métrage.

Dès la sortie du film sur les grands écrans, puis sa télédiffusion et sa distribution en cassette vidéo, fêtes et boums ne seront plus les mêmes : pour se distinguer les filles se sont mises à adopter le pas de danse sautillant de Molly Ringwald tandis que les garçons reprenaient la chorégraphie musclée des trois acteurs. C’était les années 1980, ces scènes peuplant encore les souvenirs des quadras d’aujourd’hui sont certainement confinées sur les négatifs des pellicules argentiques et les bandes vidéos S-VHS ou 8mm de celles et ceux qui ont pu profiter des premiers caméscopes.

Mais avec Internet, on est passé du huis clos à l’effet de réseau : toutes personnes utilisant un appareil numérique est devenu un amateur, un producteur de contenu qui s’en remet implicitement aux algorithmes de YouTube pour dessiner les contours de la communauté de goût à laquelle il appartient.

Techniquement, la séquence remixée de Breakfast Club que l’on retrouve sur la page de 00mit00 a consisté à gonfler les 1 minute 27 d’une séquence autonome en 4 minutes de florilèges de longs-métrages également destinés à un public juvénile.2. Cette extension artificielle supporte incroyablement bien la chanson de Phoenix comme si la musique avait été spécialement conçue pour accompagner les images.  Si bien que le spectateur de ces sympathiques programmes audiovisuels retrouve visuellement l’effet entêtant et entraînant de la chanson du groupe versaillais. Œuvre d’art ou pas, en paraphrasant le critique de rock Nick Hornby, on pourrait dire que c’est déjà un petit miracle que cette vidéo existe.

Stratégie publicitaire ?

Les mash up de Breakfast Club se démarquent toutefois de l’expérience mélancolique inhérente à la consultation des sites de partage comme  YouTube. Ils condensent à leurs manières (c’est-à-dire avec trois fois rien) la culture et l’imaginaire d’une époque révolue. En cela, ils sont très proches du film Donnie Darko (2001) de Richard Kelly dont les plans regorgent de références implicites à des œuvres populaires et underground des années 1980.

Par leurs absences de signatures, ces vidéos semblent toutefois être le produit de décisions et d’opérations troubles et obscures : on peut légitimement s’interroger sur le fait de savoir si elles ne relèvent pas d’opération marketing ou pas comme beaucoup d’autre phénomène viral sur le réseau Internet ? Il est curieux de voir que le blog de Phoenix aucun post ne fait allusion à ces réalisations non-officielles de fans.

Dans Nous sommes jeunes, nous sommes fiers : La Culture jeune d’Elvis à My Space, Benoît Sabatier explique sans concession comment la French Touch, dont Phoenix est un groupe phare, est le résultat d’un plan marketing et artistique bien organisé. Certains éléments sémantiques utilisés pour baliser le premier mash up sur YouTube suggèrent de suivre cette piste. En effet, le titre initial du premier mash up comportait la mention « Brat Pack Mash up ». L’expression Brat Pack fait référence au nom attribué dans les années 1980 à un petit groupe d’écrivains américains « jeunes, branchés et (dont les) romans faisaient l’objet d’un marketing agressif à l’adresse d’un lectorat plutôt jeune et aisé. »

Alors le Brat Pack Mash Up serait-il la forme artistique d’une stratégie publicitaire de la French Touch ? L’hypothèse est tentante car pourquoi ce remix accroche-t-il plus l’attention que d’autres qui lui préexistaient ? La proximité du groupe versaillais avec la cinéaste Sofia Coppola est de notoriété publique. Alors, on se demande si quelques-unes de ces vidéos, et notamment la première, ne seraient-elles pas le fruit de petites bidouilles de la cinéaste ou de son frère Roman, connu pour ses clips. D’autant plus que chronologiquement les premières vidéos sont bien mieux réalisées que les dernières, plus amateurs, comme si au fur et à mesure que le cercle des affinités électives s’élargissait les productions perdaient en intensité.

Paysage culturel

D’un point de vue esthétique, ces pratiques de réappropriations et de diffusions à grande échelle posent la question de la transmission de la culture dont nous héritions : comment faire passer d’une époque à une autre un système de pensée, de références et de manières d’être ? Comment transmettre des goûts et des attitudes dont nous sommes dépositaires ? Il y a des réponses purement techniques et scientifiques comme par exemple la carrière des œuvres en termes de compatibilité3 et d’interopérabilité.

La transmission intergénérationnelle a également été l’objet de pratiques artistiques dans le champ de l’art contemporain occidental : des premiers remake de Pierre Huyghe à la campagne de re-enactment lancée notamment par Marina Abramovic au début des années 2000 pour sauvegarder la mémoire des performances des années 1970. Mais, quand bien même ces réponses plastiques interrogent les grands moments de l’Histoire, elles restent dans le périmètre d’une économie de la rareté et ont encore aujourd’hui bien du mal à s’adapter au régime numérique de la culture.

Fruits ou pas d’une quelconque stratégie marketing, les mash up qui circulent sur le réseau offrent paradoxalement une autre perspective : ils mettent en place une esthétique intergénérationnelle où des jeunes gens, nés à la fin des années 1980, reproduisent des gestes et des procédures d’une époque révolue mais qui font désormais partie de leur paysage culturel.

  1. des réalisations vidéo à mi-chemin entre le remix et le remake []
  2. (The Outsiders (1983) Class (1983) Sixteen Candles (1984) Oxford Blues (1984) St. Elmo’s Fire (1985) Pretty in Pink (1986) Blue City (1986) About Last Night… (1986) Wisdom (1986) Fresh Horses (1988 []
  3. C’est bien malgré moi que cet article co-rédigé avec David-Olivier Lartigaud n’est pas en open acces []

Nicolas Thély

Professeur en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2, Nicolas Thély est directeur de la Maison des Sciences de l'Homme en Bretagne (USR 3549).

More Posts

Follow Me:
Twitter