Avancer masqué

Le Jeu de Paume, galerie nationale d’art contemporain dédiée à la photographie et aux arts visuels, a ouvert depuis octobre 2007 un espace virtuel consacré aux pratiques artistiques sur le réseau Internet. La dernière exposition en date, Identités précaires, présente un panorama très détaillé sur la question de l’anonymat. Compte rendu.

Vendredi 1er avril, Dick, la mascotte du label de musique Dick Head Man Records se promène dans les allées du jardin des Tuileries. De  jeunes touristes russes se ruent sur l’étrange créature, mi-homme mi poisson, et immortalisent cette improbable rencontre avec leur appareil photo numérique. L’effervescence passée, Dick continue sa promenade, pose devant la sculpture de Jean Dubuffet (photo ci-contre) avant de rejoindre l’auditorium du Jeu de Paume où se déroule la première conférence consacrée à l’exposition Identités précaires.

Devant une salle pleine à craquer, Christophe Bruno, commissaire de l’exposition, entouré d’Emmanuel Guez, philosophe, de Cornelia Sollfrank, cyber artiste, et d’Inès Sapin, critique d’art, présente le premier volet de l’exposition consultable exclusivement sur le site Internet du Jeu de Paume1 :

L’arrivée du Web 2.0 et de la guérilla marketing constituent un moment charnière dans l’art de ces quinze dernières années : les entreprises se sont emparées des tactiques des artistes pour les transformer en stratégies de vente si bien que les artistes ont du penser « stratégie » pour reprendre la main. Les notions d’identité et d’anonymat sont devenues cruciales.

Christophe Bruno, qui s’est distingué en 2002 pour avoir détourné le service AdWords de Google, endosse parfaitement le rôle de commissaire et livre une exposition audacieuse et abordable : en quelques clics de souris, les internautes amateurs ou néophytes peuvent découvrir et expérimenter des œuvres majeures du réseau dont celles de Luther Blissett (1994), premier artiste à identités multiples du réseau Internet, de mouchette.org (1996), jeune artiste fictive de moins de 13 ans, d’Etoy.com (1999) groupe d’activistes réputé pour leurs détournements de sites, et des Yes Men (2004) connus pour leurs nombreuses usurpations d’identités.

Pour Emmanuel Guez, les œuvres sélectionnées par Christophe Bruno doivent être placées sous « le signe d’un rire de l’art qui relève de la mystification » ; le philosophe propose une réflexion grave et inspirée, mêlant des épisodes liés à l’histoire de l’imprimerie, à la revendication de l’auteur, à la mégalomanie des empires Google et FaceBook, et à la nécessité de subterfuges pour échapper aux contraintes institutionnelles et commerciales de l’art.

L’artiste Cornelia Sollfrank raconte comment en 1997, elle a piraté l’une des premières expositions en ligne organisée par la Hamburger Kunsthalle en générant près de 200 artistes fictifs féminines. Hélas, c’est un artiste masculin qui a reçu le prix, et la cyber féministe s’est sentie contrainte de dévoiler ses impostures pour dénoncer la tendance machiste qui anime le monde de l’art. Les organisateurs lui remettront alors le prix symbolique du hacker de la semaine.

L’exposition soulève de nombreuses questions : pourquoi le Web est-il devenu le refuge de ces œuvres extrêmement radicales ? Pourquoi ces artistes ont-ils très rapidement ôté leur masque2 ? Pourquoi ont-ils dévoilé leurs identités et leurs statuts ? N’est-ce pas, au final, toujours l’art qui l’emporte sur les revendications politiques ? Pourquoi sortir de l’ombre ?

Depuis 2004, la critique d’art Inès Sapin3 suit très discrètement les activités du label Dick Head Man Records. Elle tente de saisir les manières de faire de ce label de musique qui se déclare être « fictif mais effectif » et qui héberge plus d’une centaine de groupes aux goûts et formes d’expressions très variés4. Sidéré par la multiplicité des groupes et leurs apparences exubérantes, le public de l’auditorium du Jeu de Paume tente de comprendre qui se cache derrière, qui tire les ficelles et dans quel but. Mais pour la critique d’art, il convient de concevoir les choses autrement, de penser l’art en terme d’émancipation plutôt que selon une logique d’opposition systématique, de cible à atteindre :

Le plus important pour les membres du label, c’est de jouer à être des artistes, des musiciens.

Dans les coulisses de l’auditorium, Dick, la mascotte du label, acquiesce d’un hochement de tête.

  1. Exposition en ligne du 10 mars au 15 septembre 2011 []
  2. On ne peut s’empêcher de penser au Larvatus prodeo de Descartes : « Les comédiens, appelés sur la scène, pour ne pas laisser voir la rougeur sur leur front, mettent un masque. Comme eux, au moment de montrer sur ce théâtre du monde où, jusqu’ici, je n’ai été que spectateur, je m’avance masqué <larvatus prodeo> » in Préambules, in Descartes, Œuvres philosophiques, éd. Fernand Alquié, Paris, 1963-1973, Volume I, p.45. []
  3. consulter l’entretien de Dick accordé à Ines Sapin []
  4. voir par exemple Janet & her Bad Girl, France Fermier et DJWilsmith. []

Nicolas Thély

Nicolas Thély est professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2. Il est directeur de la MSH-B

More Posts

Basse définition (documents)

On emploie généralement l’expression « basse définition » pour désigner la qualité des images issues de la technique de compression de données. JPEG, MPEG et MP3 sont ainsi des acronymes d’algorithmes qui sont aujourd’hui bien loin d’être des termes barbares pour les utilisateurs d’appareils numériques. Requalifiée en termes esthétiques, la « basse définition » désigne la qualité des données qui circulent sur le réseau Internet  (textes, images et son), leur production, leur distribution et leur réception. Loin d’être un mot écran, la « basse définition » définit un régime de perception du monde à l’heure de la « révolution numérique » ; elle pose la question de la perception et de la fabrication de données qui sont permises par la manipulation de matériels plus ou moins sophistiqués, plus ou moins domestiques, appartenant pour l’essentiel au domaine des biens d’équipement audiovisuels et  informatiques.

Ce questionnement a donné lieu, entre 2005 et 2011, à une exposition, des publications et une ligne de recherche associant des écoles d’art au Laboratoire des Arts et Médias (LAM) de l’université Paris 1.

Exposition  Basse Def (2007)

Comissariat : Stéphane Sauzedde (en collaboration avec Nicolas Thély)

« Il n’a jamais été aussi facile de faire des images, des vidéos ou des dessins, de les manipuler et de les partager. Fonds d’écran, blogs, webzines, gifs animés, albums photo sur téléphone portable, playlist d’amateurs proposées ici ou là…: les gisements de formes «basse définition» sont formidablement nombreux et ils coulent à flot. Contemporaine de cet écosystème, toute une génération d’artistes n’hésite pas à s’abreuver à ces sources impures, et sans complexe, elle déploie des univers radicaux qui esquivent autant la banalité que le spectacle de la maîtrise professionnelle des outils de création. Avec John Armleder, Wilfrid Almendra, Serge Comte, Clôde Coulpier, Fabrice Croux, Grégory Cuquel, Patrice Gaillard et Claude avec Daniel Dewar, Camille Laurelli, Elodie Lecat, David Lefebvre, Pierre Lesclauze, Fanette Muxart, Alice Nikitinova, Denis Savary et Tolga Taluy. »

Centre d’art OUI, 56-58 boulevard de l’Esplanade, 38000 Grenoble

Ligne de recherche (2008-2011)

« Basse définition » est une ligne de recherche soutenue par le Ministère de la Culture (DAP) qui associe trois écoles d’art (Quimper, Valence et Grenoble), à l’université Paris 1, l’École nationale supérieure des télécommunications (Enst), à l’université Pierre Mendes France (Grenoble) et un centre d’art (Oui, Grenoble). Elle émane d’une proposition de Nicolas Thély (Lam, Paris 1) sur la question de la sensibilité à l’heure de la « révolution numérique » et du statut de la création artistique dans ce contexte de partage des données volatiles et nomades sur des supports temporaires.

Membres de l’équipe : Nicolas Thély (Responsable scientifique du projet, Lam, Paris 1), Annie Gentes (École Nationale Supérieure des Télécommunications), Anne Laforet (Chercheur indépendant et critique d’art), David-Olivier Lartigaud (Lam, Paris 1), Karine Lebrun (École supérieure des Beaux-arts de Quimper), Gilles Rouffineau (École régionale des Beaux-arts de Valence), et Stéphane Sauzedde (Université Pierre Mendes-France Grenoble, Directeur de OUI – Centre d’art – Grenoble).

Une publication bilingue est prévue pour octobre 2011 aux éditions B42

Kit de conférence

Lives and works everywhere.

Publications

Basse déf, partage de données, Les presses du réel, Dijon, 2007, 133 pages.

Mes Favoris, éditions Mix, Paris, 2008, 69 pages.

Documents vidéos

Playlist Basse Def, Libération, Ecrans.fr, 27 mars 2007.

Entretien : Dans le cadre de la sonde 04#09, Nicolas Thély répond à Emmanuel Guez. Pour entendre et voir l’entretien (en fr.), cliquez ici [click here]. (Durée : 31′58) / Tournage et montage : Blandine Armand.

Articles publiés

« Images nomades », Revue 02, Nantes, 2005, p. 12-13.

« Bruits de fond », Revue ESSE n°59, dossier Le Bruit, Montréal, 2007, p.11-13.

« Freshening up feeble forms« , Catalogue exposition Nature Morte, Nogallery, Prague, 2007,

« L’avenir du Net Art : rester compatible », (avec David-Olivier Lartigaud), Revue Terminal, Technologie de l’information, culture et société : net art, technologie ou création, Printemps 2008, n°101, L’Harmattan, p.35-42.

« My Space is You Tube », in Stéphanie Moisdon (dir.), Qu’est-ce que l’art vidéo aujourd’hui ?, Beaux-Arts Magazine Hors Série, Paris, 2008, p. 40-45.

« Basse définition (à propos de la perception du monde à l’heure du numérique) », in  Anne-Cécile Worms (dir.), Arts numériques, Tendances, Artistes, M21 éditions, Paris 2008, p. 42-44.

« Comment se retrouver seuls ?« , Catalogue monographique de Camille Laurelli, école d’art de Grenoble, Grenoble, 2009.

« Avis de passage », Revue Pratiques, Réflexions sur l’art, n°21, L’ardeur de l’art même, Pratiques discrètes de l’art et leurs non-lieux, école d’art de Rennes, Automne 2010, p.60-65.

Nicolas Thély

Nicolas Thély est professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2. Il est directeur de la MSH-B

More Posts

Web-intimité (documents)

Dans le cadre de ma recherche en doctorat (1998-2001), j’ai entamé une réflexion sur l’intimité, les productions amateurs et l’Internet. La « web-intimité » est née de ce travail de recherche :  ni concept ni notion, c’est une expression qui permet de décrire une autre dimension de l’intime et de notre manière d’être depuis le milieu des années 1990.

Publication

Vu à la webcam (essai sur la web-intimité), Les Presses du réel, Dijon, 2002.

Présentation : Que recherchent ceux qui, par le biais de webcams, diffusent leur image sur Internet ? Qu’en retirent ceux qui les regardent ? Nombreux sont ceux qui se sont positionnés de façon un peu hâtive face au phénomène des webcams, agitant le spectre de la vidéosurveillance et les condamnant au voyeurisme et à l’exhibitionnisme. Bien au-delà de ce positionnement simpliste qui opposerait exhibitionniste et voyeur, acteur et spectateur, actif et passif, les webcams sont le lieu de rencontres, d’échanges, de complicité, de regards et de relations à l’autre, tout ce qui constitue ce que Nicolas Thély appelle la web-intimité.

Articles en ligne

« Esthétique de la webcam« , Site Internet Crac Valence, 2003.

« Webcams personnelles« , Revues Images-Analyses, Université Paris 1, 2004.

Articles publiés

« L’esthétique de la webcam », Revue Figures de l’art n°6, Presses universitaires de Pau, Pau, 2003, p. 487-502.

« Utilisation domestique de la webcam : l’intime comme contexte », Acte du colloque L’art domestique, Cerap, Université Paris 1, Presses de la Sorbonne, Paris,  2004.

« Le modèle artistique n’est plus une référence », Revue ESSE n°58, dossier Exitimité, Montréal, 2006, pp. 14-17.

« Accessoires mais indispensables », Revue ESSE n° 71, dossier Inventaire, Montréal, 2011, pp. 45-49.

Citations

Anne Cauquelin, L’exposition de soi, Du journal intime aux webcams, Eshel, Paris, 2003.

Dominique Baqué, Histoires d’ailleurs, Artistes et penseurs de l’itinérance, éditions du Regard, Paris, 2006.

Dictionnaire du corps, Michela Marzano (dir.), « webcam », Presses Universitaire de France, Paris, 2007.

Nicolas Thély

Nicolas Thély est professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2. Il est directeur de la MSH-B

More Posts