Art et programmation

Ouvrage collectif publié sous la direction de David-Olivier Lartigaud, ART++ fait le point sur le retour à la programmation en art depuis la fin des années 90.

 

En arts, les humanités numériques ont naturellement trouvé un ancrage en histoire de l’art, et beaucoup plus difficilement dans le champ de la théorie et la pratique de l’art contemporain. Nombreux sont les artistes et les théoriciens touchant de près ou de loin au code qui ont eu et ont encore la fâcheuse tendance à parler d’art numérique et de net art pour qualifier leurs pratiques. Si bien que principalement en France, le champ théorique se retrouve sans réelle dynamique de discussion, tournoyant sur lui-même, à l’écart des grandes problématiques esthétiques et philosophiques contemporaines.

Avec la publication d’ART++, David-Olivier Lartigaud donne un signal très fort sur ce que c’est que de faire une recherche en art à l’époque du numérique, sur l’étude toujours très délicate d’objets et de tendances difficilement cernables, de pratiques aussi éphémères qu’insistantes et souvent aux conséquences parfois irréversibles.

Professeur à l’école d’art et de design de Saint-Etienne, membre très actif du Laboratoire des arts et médias (Université Paris 1), David-Olivier Lartigaud a engagé une recherche il y a près de dix ans sur la programmation en art. Après l’organisation de deux colloques internationaux, la constitution d’un corpus de textes essentiels et leurs traductions, il livre aujourd’hui un ouvrage rigoureux, informé et indispensable.

D’emblée, un des atouts majeurs de cet ouvrage est de continuer, après Nathalie Magnan et Annick Bureau en 20021, le passage au français de nombreux textes considérés comme essentiels dans le champ des arts et médias tels que ceux de Wendy Chun, Geoff Cox, Alex Mc Lean, Adrian Ward, Alexander Galloway, Inke Arns, Olga Goriunova…

Mais au lieu de rattraper le temps perdu, de tenter de connecter les jeunes chercheurs et artistes français dans le concert des grandes manifestations internationales (ISEA, Transmediale, Ars Electronica), David-Olivier Lartigaud dessine à travers les pages de ce volumineux ouvrage un paysage théorique extrêmement clair et précis divisé en quatre chapitres – programmation informatique, art et logiciel, jeux de code et culture de la programmation. Il montre ainsi avec beaucoup de souplesse comment se combinent et se frottent aux enjeux artistiques et esthétiques contemporains des questions d’importances liées aux algorithmes: celles de la poétique infra mince du code, du désir de filiation avec l’histoire de l’art, des revendications d’émancipation et des approches critiques des idéologies politiques, économiques et sociales à l’œuvre dans le champ de l’informatique.

En donnant la parole à travers différents formats (entretiens, articles) aux artistes et théoriciens, David-Olivier Lartigaud a su créer un espace de réflexion qui permet au lecteur de prendre la mesure des nombreuses manières de faire et de penser et la nécessité de conceptualiser sereinement les poussées du numérique. Soulevant la question essentielle de la méthodologie de recherche en arts, cet ouvrage livre également une réponse rassurante et clairvoyante sur l’inscription des humanités numériques dans le domaine des arts et de l’esthétique car il laisse ouvert le champ des possibles et relativise de manière proportionnée le culte de l’instantané, de la pensée sans perspective.

 

ART++ sous la direction de David-Olivier Lartigaud, éditions HYX, Orléans, 2001.

Avec les contributions de : Inke Arns, Samuel Bianchini, Andreas Broeckmann, Christophe Bruno, Wendy Chun, Geoff Cox, Florian Cramer, Anne-Marie Duguet, Jean-Paul Fourmentraux, Darko Fritz, Matthew Fuller, Alexander Galloway, Olga Goriunova, Graham Harwood, Wilfried Hou Je Bek, Anne Laforet, David-Olivier Lartigaud, Geert Lovink, Nathalie Magnan, Alex McLean, Karen O’Rourke, Miller Puckette, Gilles Rouffineau, Antoine Schmitt, Nicolas Thély, Sylvie Tissot, Jo Walsh, Adrian Ward.

 

  1. Nathalie Magnan, Annick Bureau, Connexions, Art Réseaux Média, ENSBA, 2002 []

Nicolas Thély

Nicolas Thély est professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2. Il est directeur de la MSH-B

More Posts