L’instant de voir : Encyclopedia, contemporary art in the world….

C’est une encyclopédie atypique voire iconoclaste dans la paysage contemporain de l’agencement du savoir. Adoptant le format A3 d’un quotidien, comprenant sept cahiers encartés sans brochure ni reliure, cette curieuse publication savante reprend à son compte la maquette de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert : police de caractère, cartouches et tournures de langage sont identiques.

L’objet de cette édition concerne l’art contemporain et plus précisément les images qui correspondent à cette expression dans chacun des pays du monde et cela à travers le prisme de Google Image. Son auteur, Jean-Benoît Lallemant, a exposé ce Grand Tour effectué devant un écran d’ordinateur sous la forme d’une mosaïque d’images, retenant pour chaque pays les neuf premiers clichés. Il en ressort une collection de vignettes de bâtiments plus ou moins modernes, de visages d’artistes et d’amateurs éclairés et de représentations picturales le plus souvent figuratives.

Exposée au Centre Culturel Colombier à Rennes en septembre 2010, cette ENCYCLOPEDIA, CONTEMPORARY ARTS IN THE WORLD, WITH www.google.com/languague_tools (c’est le titre de l’œuvre) n’est pas une pièce unique, elle a également fait l’objet d’un tirage de 1000 exemplaires aux éditions Incertain Sens.

Œuvres Littéraires Non Identiées (OLNI) pour reprendre la formule de Christophe Hanna, l’encyclopédie de Jean-Benoît Lallemant semble également s’inscrire dans le sillage des œuvres de Ludovic Burel. On se souvient, en effet, de PAGE SUCKER_NUMERO UN_SKULL.JPG, projet de revue éditée en 2002, compilant plus de deux cents images de crânes aspirées par un logiciel à partir du mot clé “Skull”. Redistribuées dans le cadre de la page d’un livre,  les images fraîchement appropriées par l’artiste crée du sens par effet de collage et de téléscopages formels. Cinq ans plus tard, Ludovic Burel réitéra l’opération nourrie d’une dose d’humour supplémentaire avec ANOTHER PICTURE OF ME AS DRACULA : une série de 280 photographies saisies en 0,11 seconde par Google Image à partir du mot-clé “ME”.

Jean-Benoît Lallement appartient  à cette génération d’artistes, née au milieu des années 1980, dont les ordinateurs personnels gavés de logiciels et de dossiers plus ou moins ordonnés sont considérés comme les objets premiers de leur émancipation culturelle. Comme Camille Laurelli, qui imprime à l’occasion d’exposition le contenu de son disque dur, Jean-Benoît Lallement est travaillé par le soucis de prendre la mesure de la masse d’informations qu’il manipule au quotidien ou qu’il a sa disposition en glanant sur le Web.

Ce désir d’apprécier d’un seul regard la totalité des données n’est pas le propre des artistes ou des scientifiques, on se souvient du coup d’éclat de quelques amateurs qui avaient imprimé les pages de l’encyclopédie collaborative Wikipédia. Le résultat était formellement assez décevant : la publication d’une cinquantaine de centimètre de hauteur paraissait bien dérisoire à côté des trente volumes de L’Encyclopædia Universalis…

De son côté, Jean-Benoît Lallement signale avec élégance la manière dont la consignation de la somme des savoirs est passée sous le régime du flux d’informations. Les connaissances du monde semblent s’élaborer aussi vite qu’elles se dérobent, sans emprise et sans fondements durable, nous entraînant dans une sorte de folle gymnastique intellectuelle qui consiste à réajuster en permanence nos jugements. Bref comme les informations journalistiques, le savoir s’éprouve à vif. C’est pourquoi Jean-Benoît Lallement a opéré une ultime réduction  faisant du  mètre étalon des ouvrages encyclopédiques une publication qui a l’aspect d’un quotidien. 


Nicolas Thély

Nicolas Thély est professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2. Il est directeur de la MSH-B

More Posts

« Le tournant numérique de l’esthétique »

C’est le titre de mon dernier ouvrage publié chez publie.net (maison d’édition numérique fondée par François Bon). Regroupant différents articles publiés ici ou là entre 2005 et 2011, cet essai, qui s’inscrit dans la collection Art, pensée & Cie dirigée par Sébastien Rongier, a pour objet l’étude des pratiques artistiques et amateurs du point de vue l’esthétique.

 

En voici les premières lignes :

« Depuis 1998, j’enquête dans le champ des pratiques artistiques et culturelles travaillées par l’Internet et les technologies numériques. De formation philosophique, j’ai inscrit mes questionnements dans le champ de l’esthétique et de la philosophie de l’art. Je m’interroge plus précisément sur les manières de faire des artistes, les conditions de l’acte de création, de promotion et de carrière de leurs œuvres. Je m’interroge également sur les conditions d’émancipation du quidam avec les technologies qui sont mises à sa disposition, comment ses productions, dites amateurs, et leurs visibilités conduisent-elles à une redistribution du visible et des références culturelles ? Je porte aussi un vif intérêt au quotidien de la recherche et à la manière dont nos environnements de travail ont évolué avec l’utilisation de l’outil informatique. Je reste toujours aussi étonné de voir comment un simple moteur de recherche créée en 1998 dans l’ouest américain a perturbé de manière irréversible la fréquentation de la connaissance, les critères de scientificité et l’accès au savoir.

Toutes ces questions invitent à penser le numérique dans l’art, les pratiques culturelles et la production et circulation du savoir, c’est-à-dire à interroger la présence silencieuse ou spectaculaire du numérique, à débusquer les procédures invisibles de la technologie. Or il s’avère, qu’en France notamment, en arts et esthétique plus précisément, nombreux sont les artistes et les théoriciens concernés de près par ces questions qui ont eu, et ont encore, la fâcheuse tendance à traquer la spécificité du médium, à parler d’art numérique et de net art pour qualifier leurs pratiques. On peut comprendre cette tendance par le fait que la technologie inquiète, interroge, et que les institutions et les néophytes attendent et réclament des définitions, espèrent l’arrivée d’un système philosophique qui viendrait subsumer ces bouleversements contemporains et justifier les pratiques qui sont hors-cadre et fondamentalement hybrides. Au bout du compte, cette douteuse course à la théorisation tous azimuts a produit en arts, notamment en France, un champ théorique sans réelle dynamique de discussion, tournoyant sur lui-même, à l’écart des grands enjeux esthétiques et philosophiques contemporains. Il faut bien reconnaître, toutefois, que du côté de l’esthétique et de la philosophie de l’art continentale et anglo-saxonne, le numérique est souvent perçu comme une innovation technologique difficilement cernable qui produit d’autres images, celles cal- culées informatiquement, et qui ont pour propriété d’être interactive, virtuelle et immatérielle.

Dans ce contexte atomisé et clivé de la recherche en arts et esthétique, une autre voie existe : elle consiste à poser la question : comment faire science à l’époque du numérique ? Cette autre voie est plus périlleuse, peut- être moins gratifiante immédiatement car elle engage le chercheur dans une démarche à long terme. Elle l’invite à s’affranchir temporairement des méthodes qui vi- sent la quiddité de l’art et à revenir à l’observation des faits, des pratiques artistiques et culturelles, aux manières de mettre en forme les données récoltées et de les discuter. Elle ne perd pas de vue, non plus, que dans son rapport au monde contemporain le défi de l’esthétique est de contribuer à une pensée de l’actuel qui permette de se projeter dans l’avenir, d’imaginer des situations et de créer des possibles. Cette voie invite également à relativiser le culte de l’instantané, d’exprimer un simple commentaire pour se signaler dans l’espace public, d’avoir une pensée sans perspective, tape à l’œil. D’un point de vue pratique, cette méthode de travail assume pleinement l’utilisation des techniques d’enregistrement, d’agencement et de duplication des données, tout en réfléchissant leurs incidences sur la production du savoir. Cela permet de pratiquer une esthétique sur le vif, d’être en situation de travail dans le bruit sourd et nerveux du monde, afin de pouvoir rendre communicable des manières de faire et de penser. Si elle procède selon une logique de l’après-coup, elle engage également à procéder à des interruptions volontaires et momentanées de l’étude afin de prendre non pas de la distance mais un peu de hauteur à l’égard du flux continu des informations et de l’actualité. Ses coupes franches dans la fréquentation du réseau sont bénéfiques scientifiquement même si elles ont pour conséquences indirectes de contribuer de concepts qui en apparence sont sémantiquement et idéologiquement à contre-courant. En identifiant les pratiques erratiques et illégitimes et en ouvrant volontairement le débat, le chercheur devient certes le scribe de sa pensée, de son cheminement intellectuel et sensible, mais aussi l’acteur principal d’une esthétique modeste et rigoureuse, travaillée par les technologies du numérique. »

éditions publie.net

Nicolas Thély

Nicolas Thély est professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2. Il est directeur de la MSH-B

More Posts

Art et programmation

Ouvrage collectif publié sous la direction de David-Olivier Lartigaud, ART++ fait le point sur le retour à la programmation en art depuis la fin des années 90.

 

En arts, les humanités numériques ont naturellement trouvé un ancrage en histoire de l’art, et beaucoup plus difficilement dans le champ de la théorie et la pratique de l’art contemporain. Nombreux sont les artistes et les théoriciens touchant de près ou de loin au code qui ont eu et ont encore la fâcheuse tendance à parler d’art numérique et de net art pour qualifier leurs pratiques. Si bien que principalement en France, le champ théorique se retrouve sans réelle dynamique de discussion, tournoyant sur lui-même, à l’écart des grandes problématiques esthétiques et philosophiques contemporaines.

Avec la publication d’ART++, David-Olivier Lartigaud donne un signal très fort sur ce que c’est que de faire une recherche en art à l’époque du numérique, sur l’étude toujours très délicate d’objets et de tendances difficilement cernables, de pratiques aussi éphémères qu’insistantes et souvent aux conséquences parfois irréversibles.

Professeur à l’école d’art et de design de Saint-Etienne, membre très actif du Laboratoire des arts et médias (Université Paris 1), David-Olivier Lartigaud a engagé une recherche il y a près de dix ans sur la programmation en art. Après l’organisation de deux colloques internationaux, la constitution d’un corpus de textes essentiels et leurs traductions, il livre aujourd’hui un ouvrage rigoureux, informé et indispensable.

D’emblée, un des atouts majeurs de cet ouvrage est de continuer, après Nathalie Magnan et Annick Bureau en 20021, le passage au français de nombreux textes considérés comme essentiels dans le champ des arts et médias tels que ceux de Wendy Chun, Geoff Cox, Alex Mc Lean, Adrian Ward, Alexander Galloway, Inke Arns, Olga Goriunova…

Mais au lieu de rattraper le temps perdu, de tenter de connecter les jeunes chercheurs et artistes français dans le concert des grandes manifestations internationales (ISEA, Transmediale, Ars Electronica), David-Olivier Lartigaud dessine à travers les pages de ce volumineux ouvrage un paysage théorique extrêmement clair et précis divisé en quatre chapitres – programmation informatique, art et logiciel, jeux de code et culture de la programmation. Il montre ainsi avec beaucoup de souplesse comment se combinent et se frottent aux enjeux artistiques et esthétiques contemporains des questions d’importances liées aux algorithmes: celles de la poétique infra mince du code, du désir de filiation avec l’histoire de l’art, des revendications d’émancipation et des approches critiques des idéologies politiques, économiques et sociales à l’œuvre dans le champ de l’informatique.

En donnant la parole à travers différents formats (entretiens, articles) aux artistes et théoriciens, David-Olivier Lartigaud a su créer un espace de réflexion qui permet au lecteur de prendre la mesure des nombreuses manières de faire et de penser et la nécessité de conceptualiser sereinement les poussées du numérique. Soulevant la question essentielle de la méthodologie de recherche en arts, cet ouvrage livre également une réponse rassurante et clairvoyante sur l’inscription des humanités numériques dans le domaine des arts et de l’esthétique car il laisse ouvert le champ des possibles et relativise de manière proportionnée le culte de l’instantané, de la pensée sans perspective.

 

ART++ sous la direction de David-Olivier Lartigaud, éditions HYX, Orléans, 2001.

Avec les contributions de : Inke Arns, Samuel Bianchini, Andreas Broeckmann, Christophe Bruno, Wendy Chun, Geoff Cox, Florian Cramer, Anne-Marie Duguet, Jean-Paul Fourmentraux, Darko Fritz, Matthew Fuller, Alexander Galloway, Olga Goriunova, Graham Harwood, Wilfried Hou Je Bek, Anne Laforet, David-Olivier Lartigaud, Geert Lovink, Nathalie Magnan, Alex McLean, Karen O’Rourke, Miller Puckette, Gilles Rouffineau, Antoine Schmitt, Nicolas Thély, Sylvie Tissot, Jo Walsh, Adrian Ward.

 

  1. Nathalie Magnan, Annick Bureau, Connexions, Art Réseaux Média, ENSBA, 2002 []

Nicolas Thély

Nicolas Thély est professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2. Il est directeur de la MSH-B

More Posts

Discret mais essentiel

A l’heure du Salon du livre de Paris, retour sur un essai publié il y a un an, passé quasi inaperçu et pourtant essentiel dans le champ esthétique des digital humanities.

Le philosophe Leszek Brogowski s’est engagé depuis quelques années dans l’édition, défendant le livre d’artiste comme lieu de résistance et dispositif d’exposition capable de pallier aux logiques rentables et marchandes des mondes de l’art et de l’édition bibliophile. Editer l’art – Le livre d’artiste et l’histoire du livre, son dernier essai paru il y a un an et passé inaperçu dans la presse spécialisé, s’inscrit dans la filiation des travaux d’Anne Mœglin-Delcroix à qui il rend d’ailleurs un vibrant et chaleureux hommage.

Si Leszek Brogowski  a publié aux Éditions Incertain Sens quelques ouvrages d’artistes qui allient support papier et support numérique, il n’en fait toutefois pas un genre particulier à défendre. De même, le monde de l’Internet ne semble pas éveiller en lui la promesse ou la possibilité d’une émancipation du livre d’artiste.

Pourtant la réflexion du philosophe concerne les digital humanities car elle interroge les mésaventures de l’esprit discursif à l’époque du numérique. L’histoire du livre de l’art est aussi celle de la pensée. C’est la raison pour laquelle Leszek Brogowski opère avec justesse un lien direct entre la manière dont le livre a instauré à travers les siècles une sensibilité et une manière de penser dans le champ de la philosophie et la manière dont le numérique et l’Internet affectent les modes de raisonnement et l’ordre du discours.

Pour Leszek Brogowski, le problème réside dans le mode de perception et d’appréhension des données sur le réseau Internet qui relève de l’abduction : l’internaute progresse par pertes et profits, maximise certaines occurrences et en délaisse d’autres. De ce commerce hasardeux, il en ressort une pensée éclatée et fragmentée, sans racine ni mémoire et des échantillonnages accidentels d’expériences difficilement transmissibles. Dans ce contexte, le livre d’artiste apparaît comme un laboratoire de formes et d’idées où se formulent des réponses à la capacité d’enregistrement des machines numériques et des nouveaux modes d’organisations des données sur le réseau internet.

Trop rarement abordée dans le champ de l’esthétique, la question de l’expérience diffuse et incertaine liée à la fréquentation des données numériques trouve ici, sous la plume de Leszek Brogowski, une formulation philosophique et artistique bienvenue. A cet égard, son dernier essai doit être considéré comme un des ouvrages clés de la réflexion esthétique à l’époque du numérique.

Editer l’art – Le livre d’artiste et l’histoire du livre, de Leszek Brogowski, Les éditions de la Transparence, mars 2010, 351 p.

Nicolas Thély

Nicolas Thély est professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2. Il est directeur de la MSH-B

More Posts