UYIO, le répertoire d’œuvres en ligne est désormais une archive

Dans cet entretien Nicolas Frespech explique la raison pour laquelle il a décidé de se séparer de UYIO, son répertoire d’œuvres en ligne, et de le déposer sur le site NT2. Son geste soulève la question de la pérennité des répertoires constitués par les amateurs et les artistes.

Professeur à l’école d’art de Lyon, Nicolas Frespech œuvre sur le réseau depuis 1996. L’œuvre collaborative, « Je suis ton amie… » où il invite les internautes à livrer leurs secrets, est la première œuvre en ligne acquise, en 1998, par une institution publique d’art contemporain (le FRAC Languedoc-Roussillon). Cette œuvre qui connaîtra une carrière mouvementée, censurée, délocalisée, n’est plus accessible à ce jour.

En 2004, l’artiste a inauguré L’Échoppe photographique, un projet insensé qui consiste à réaliser des œuvres photographiques commanditées par les internautes. Aujourd’hui, Nicolas Frespech a réalisé près de 1000 clichés. Anticipant Twitter, il se lance , en 2005, dans le microblogging et indexe son quotidien au fil des flux RSS. Toutes ses créations personnelles sont accessibles sur son site Internet.

Il y a quelques mois, Nicolas Frespech a pris la décision de transférer UYIO, un répertoire d’œuvres en ligne qu’il créé en 2001, sur le site NT2, site du laboratoire de recherche sur les œuvres hypermédiatiques basé à Montréal. Explications.

– Comment est né le projet d’un répertoire d’œuvres en ligne ?

J’ai créé ce projet en 2001 dans le cadre d’un Master web éditorial à l’université de Poitiers. Cela n’enchantait guère certains enseignants que je fasse un mémoire sur le net art plutôt que sur l’éducation à l’image. J’ai donc fait deux mémoires et un répertoire en ligne  ! Je tenais à cette idée d’un site de partage, je voulais fabriquer un outil qui donne des informations sur l’art en ligne et sur son actualité. C’était l’occasion aussi de me former techniquement. Ce répertoire a pris la forme d’une base de données réalisée en PHP et il permettait à ses utilisateurs d’imprimer les fiches.

– Que signifie UYIO ?

UYIO ne veut strictement rien dire. C’était l’un des derniers noms disponible en quatre lettres en point com.

– Comment avez-vous organisé l’enrichissement de votre répertoire ?

Les internautes et les artistes envoyaient directement leurs liens, je remplissais également moi-même les formulaires. J’avais déjà conscience à l’époque que les sites étaient fragiles mais j’avais de tout même sous estimé la fréquence des changements d’adresse et le taux de disparition des sites. Je passais beaucoup de temps à vérifier, à rechercher des informations et actualiser les sources. C’était une activité assez chronophage.

– À qui était destiné ce répertoire ?

En 2004, Google et FaceBook n’étaient pas encore les seules portes d’entrées sur le Web. J’œuvrais dans un souci de vulgarisation. J’avais même programmé un petit moteur de recherche pour que les visiteurs du site puissent prolonger leur recherche et trouver des infos sur les artistes. Il y avait aussi une version mobile pour valoriser les œuvres mobiles.

– Etait-ce la seule initiative à l’époque ?

Chacun d’entre nous avions dans nos navigateurs un répertoire en puissance : l’idée était de passer des favoris au répertoire. Rhizome, le site précurseur dans la défense de l’art internet, avait créé sa propre base de données en 1999, mais avec UYIO, j’avais la prétention de faire de mon répertoire un document de travail et d’échange, un prétexte pour engager une discussion sur l’art et l’Internet. J’ai toujours abordé la création en ligne en faisant des parallèles avec d’autres œuvres inscrites dans le réel. C’est la raison pour laquelle on trouve beaucoup de travaux de Claude Closky sur UYIO, car c’est un artiste qui passe d’un médium à l’autre sans se poser la question de la spécificité.

– Depuis mars 2011,  UYIO est hébergé sur le site NT2 du laboratoire de recherche sur les œuvres hypermédiatiques basé à Montréal. Pourquoi ? Qui a pris l’initiative ?

J’ai continué à faire vivre UYIO jusqu’en 2006. Mais entre temps le paysage de l’Internet avait changé, je me suis rendu compte qu’il y avait là un travail historique de collecte, et que mes notules de présentations étaient un peu dérisoires par rapport aux discours critiques et théoriques qui se développaient.

En octobre 2009, je me suis dit que je devais me débarrasser de ce travail afin qu’il soit pérenne. J’ai contacté NT2 et le dialogue s’est très rapidement mis en place. Je leur donnais les moyens d’intégrer un dispositif qui pré-existait à leur propre répertoire. A ce moment-là, j’avais les exigences d’un conservateur plutôt que d’un technicien. Je voulais que l’on conserve au delà du répertoire la dynamique du site, le back office, le moteur de recherche, les pages PHP, la mise en page colorée… Mais il y a eu un blocage technique.

– Que s’est-il passé ?

J’ai finalement demandé les clés du code FTP pour trouver une solution. Je suis redevenu technicien. Ce souci de basculement technique n’était peut-être pas la bonne solution. Je devais peut être mettre en ligne ce que les gens voulaient : le répertoire entendu comme trace historique. En même temps, je tenais à rendre accessible les données SQL, les données brutes, pour que les personnes intéressées puissent les extraire directement et travailler sur différents formats d’exportation. J’ai opté pour le PDFA qui sert à la conservation, le répertoire en ligne est resté sous un format HTML nettoyé ne conservant que les titres, les numéros, les dates d’insertion et les liens hypertextes.

– On trouve également d’autres documents.

J’ai fait une copie d’écran de la page d’accueil d’UYIO pour montrer l’état de l’art graphique de l’époque. J’ai fabriqué une carte heuristique du projet pour mettre en lumière l’élaboration et la mise en place de ce projet de conservation qui valorise les formats et les logiciels libres. J’ai également décidé de laisser « un son », un enregistrement audio pour expliquer les tenants et les aboutissant de ma démarche. Je prépare actuellement un fichier Epub (livre électronique).

– Qu’attendez-vous de ce transfert ?

Je ne suis pas certain qu’actuellement on ait véritablement conscience de la manière dont il faudrait conserver les créations en ligne et les enjeux qu’elles soulèvent. Cela me rappelle le problème avec le site des Secrets dont à ce jour je n’ai jamais pu voir une seule copie de sauvegarde, car elles n’existent certainement pas ! Aussi j’attendais de ce transfert un dialogue sur la manière dont un artiste peut se séparer de sa création. J’ai travaillé exclusivement par e-mail avec les membres de l’équipe de NT2 . Je n’ai rien signé, j’espère que le laboratoire ne fermera pas ses portes un jour… Mais aujourd’hui les ressources de UYIO sont accessibles, elles sont sous licence Art libre. J’ai contribué à ma manière à l’archéologie du réseau, maintenant c’est aux conservateurs, aux enseignants et aux chercheurs de s’approprier ces ressources et de les faire circuler.

Nicolas Thély

Nicolas Thély est professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2. Il est directeur de la MSH-B

More Posts

L’art des nuages

Wordle permet de produire des nuages de tags. Cela n’est pas sans rappeler le design graphique du sommaire d’An Anthology of Chance Operations…, ouvrage majeur du mouvement artistique Fluxus, édité en 1963. Entretien avec Gilles Rouffineau, professeur de photographie et édition numérique à l’école d’art de Valence.

Les collections de nuages de tags ne se comptent plus dans les galeries du site Wordle. Cet outil, qui permet de rendre compte graphiquement des obsessions sémantiques des usagers du Web, facilite également la mise en place de discussion à l’image du graphique réalisé par  Frédéric Clavert à l’occasion de THATCamp Florence.

Pour les amateurs d’art et de design graphique, le résultat produit par Wordle rappelle les premières pages d’ An Anthology, ouvrage majeur du mouvement Fluxus, édité en 1963, dont le sommaire se présente sous la forme de nuage de rubriques et de noms propres.

D’un point de vue esthétique, l’analogie doit certainement en rester là, mais on peut cependant faire le même constat que Lev Manovitch à l’égard de Photoshop : Wordle a encodé les savoir-faire et les pratiques existantes dans le champ du design graphique.

Pour aller plus loin, voici un entretien1 avec Gilles Rouffineau, spécialiste de l’édition numérique et professeur dans l’option design à l’école d’art de Valence (France).

Qui est à l’initiative de An Anthology… ?

Au départ, en 1959, c’est une proposition du poète et éditeur américain Chester Anderson à La Monte Young, musicien d’avant-garde, pour lancer une version « côte est » de la revue alternative Beatitude fondée à San Francisco. Sous le titre envisagé Beatitude East, Young collecte auprès de ses amis à Berkeley en Californie, à New York et en Europe, les documents pour constituer ce qui devait être un numéro spécial consacré à la musique et la poésie d’avant-garde. George Maciunas, lithuanien immigré à New York rencontre Young aux cours de musique électronique de Richard Maxfield à la New School for Social Research qui remplaça John Cage en 1959 après y avoir suivi son séminaire.

En juin 1961, Maciunas dispose des matériaux inédits de l’ensemble pour la publication, avec une carte blanche au designer puisqu’Anderson s’est retiré du projet initial. Après un travail de présentation particulièrement soigné au plan typographique, la maquette est prête en décembre de la même année, mais faute de moyens, le livre ne sera imprimé qu’en 1963.

Qui est le maître d’œuvre ?

Les auteurs de l’anthologie et les éditeurs crédités dans la première édition en 1963 (comme la réédition de 1970 par Heiner Friedrich) sont La Monte Young et Jackson Mac Low. Ce dernier, pianiste de formation et poète, s’intéresse au rôle du hasard dans la musique et la poésie, par des œuvres aléatoires destinées à êtres lues et jouées par des lecteurs et des acteurs sous des formes variables, comportant des éléments et enchaînements à priori indéterminés, donc choisis par tirage au sort. Les instructions de sa pièce Thanks, figurent dans l’Anthology. Il a rencontré John Cage en 1954 et suivi distraitement ses cours à la New School de New York après 57. Young, lui, était connu en Californie avant son arrivée à New York pour sa « musique d’action », composée d’instructions textuelles qui proposent de « regarder un feu ou de laisser un papillon s’envoler. »2 Ces différentes Compositions de Young sont présentes aussi dans l’Anthology, sous forme d’instructions, avec la Composition1960#10 to Bob Morris qui est cette instruction : « Draw a straight line and follow it », et la Composition1960#9, une enveloppe contenant une carte avec une simple ligne droite.

— Quel est l’objet de cet ouvrage ? Son but ?

Il présente, sous couvert de la filiation revendiquée à John Cage dont témoigne la première dédicace de l’event de George Brecht (Motor Vehicule Sundown, 1960), et un extrait du script de la pièce de Cage 45′ for a Speaker, un ensemble éditorial significatif des expérimentations les plus radicales du groupe informel que représente Fluxus, nommé par Maciunas et réuni autour de lui. Du texte séminal de Henry Flynt, Concept Art, aux textes critiques de Maxfield, en passant par Nam June Païk et Walter de Maria, par exemple. Le titre complet rend justice à ses diverses contributeurs puisqu’il reprend de manière exhaustive chaque thématique abordée et les noms des différents auteurs. Le texte de ce sommaire s’étend sur six pages graphiques devenant une sorte de prologue, ou un générique. C’est aussi un programme matriciel dont deux doubles pages contiennent les noms des rubriques d’une sorte de base de données, sélective, associée à chaque auteur en page suivante, et combinées en début de chapitre ou séquence. Ces différentes rubriques thématiques qualifient le type de contribution et fournissent les éléments graphique des inserts de titre, en respectant (presque) leurs positions relatives dans le pavé de texte initial. La page consacrée à John Cage, qui pourrait contenir toutes les rubriques, affiche au contraire son simple nom au centre. On peut voir dans cette rigueur et ce silence visuel un hommage, un clin d’œil ou un souci de cohérence signifiant la singularité de son rôle précurseur et tutélaire.

En l’absence d’appareil titulaire conventionnel, voici le titre complet de l’édition qui court sur les 7 premières pages, et souvent abrégé par An Anthology… :

AN ANTHOLOGY of chance operations concept art anti-art indeterminacy improvisation meaningless work natural disasters plans of action stories diagrams music poetry essays dance constructions mathematics compositions, BY GEORGE BRECHT, CLAUS BREMER, EARLE BROWN, JOSEPH BYRD, JOHN CAGE, DAVID DEGENER, WALTER DE MARIA, HENRY FLYNT, YOKO ONO, DICK HIGGINS, TOSHI ICHIYANAGI, TERRY JENNINGS, DENNIS, DING DONG, RAY JOHNSON, JACKSON MAC LOW, RICHARD MAXFIELD, ROBERT MORRIS, SIMONE MORRIS, NAM JUNE PAIK, TERRY RILEY, DITER ROT, JAMES WARING, EMMETT WILLIAMS, CHRISTIAN WOLFF, LA MONTE YOUNG/LA MONTE YOUNG – EDITOR/GEORGE MACIUNAS – DESIGNER.

Est-il resté confidentiel ou a-t-il rencontré immédiatement un public ?

Malgré un prix de vente initial de 3,98 $, raisonnable pour un livre de 67 pages aux papiers polychromes, en dos carré-collé, et même un prix de souscription réduit à 2,98 $, la diffusion de la publication reste au départ modeste. Pour assurer la promotion des publications Fluxus, Maciunas envisage très rapidement de faire des concerts ou des performances, lesquels demandent aussi un travail d’affiche et de dépliants. Ainsi, Fluxus comporte un important volet éditorial. Les concerts se déroulent d’abord chez Yoko Ono, puis à l’AG Gallery qu’il fonde avec Almus Salcius. En Europe, le premier aura lieu à Wiesbaden, en 1962, soit un an avant avant la sortie de An Anthology… dont l’impression a été retardée après le départ forcé de Maciunas des États-Unis suite à la faillite de la galerie AG.

Aujourd’hui quel est son statut ?

Si l’on parle des exemplaires «papier», c’est paradoxalement un objet rare et cher, surtout dans sa version originale qu’il est devenu difficile de consulter. La bibliothèque Kandinsky de Beaubourg possède 3 exemplaires de la réédition de 1970. Des vendeurs en France affichent l’édition originale à 1500 € et la réédition à 450 €. Maciunas, quelques semaines avant sa mort en 1978, était conscient de cette spéculation artistique paradoxale qui touchait des objets conçus pour être bon marché à l’époque. Ils ne trouvaient pas toujours leur public, malgré un design travaillé. En dehors des éditions Fluxus, il cite dans cette interview avec Larry Miller, en mars 78, le fauteuil de Eames comme l’exemple de l’objet de design fonctionnel susceptible de donner aussi un plaisir artistique.

À ma connaissance, An Anthology est peu commenté par les designers, mais il intéresse plutôt les historiens d’art, comme une part essentielle et palpable des activités éditoriales de Fluxus. Maciunas fait l’objet de multiples commentaires en langue anglaise, en particulier dans la revue October et Grey Room (Julia Robinson Maciunas as Producer : Performative Design in the Art of the 1960s, Grey Room 33, 2008).

Qui a réalisé la couverture, l’agencement à l’intérieur ? Comment et avec quels outils ?

Le design revient entièrement à Maciunas. Il a travaillé pour l’off-set, avec des insertions d’objets et des collages manuels (enveloppes, fiches…) à la main. Il a semblé très convaincant au commanditaire Young qui s’exprime en termes élogieux, moins de trois mois avant le décès de son ami, dans une lettre en forme d’hommage datée du 18 février 1978 :

La mise en page et le design singulier, absolument magnifique, proposés par George pour ce livre sans précédent lui a donné une forme radicale sur la plan visuel. Elle devait influencer durablement les plans de tous les projets éditoriaux du même genre qui sont venus après lui.

Est-il pertinent de faire une comparaison entre les nuages de mots que l’on voit sur Internet et le sommaire de An Anthology… ?

Avec les pages matricielles du sommaire en effet, car la couverture rigide, elle, est entièrement rouge et contient l’incipit « An Anthology » répété en trame serrée. Oui, il y a un air de famille entre certains nuages de mots-clés qui sont issus du contenu du web, et révèlent la fréquence de ces tags ou servent d’interface. Mais l’analogie s’arrête là. Dans les belles mises en pages de Maciunas, la taille des mots n’est pas proportionnée à la fréquence de la notion, leur enchevêtrement n’est pas signifiant, mais un pur jeu plastique. Si l’on devait chercher une analogie, elle serait du côté de l’architecture, qui est la première formation de Maciunas. Ces murs typographiques sont comme de véritables appareillages de pierres sèches, parfaitement ajustées et tiennent dans le format architectonique de la page. Le contraste typographique juxtapose deux matériaux différents, deux densités typographiques constituées d’une part de la Franklin Gothic condensée, sans empattements, caractéristique du titrage de la presse et la caractère sans sérif, étroit, issus de sa machine à écrire électrique IBM, modèle Executive 065 dont il aurait modifié la graisse en limant les lettres sur la boule même.

Pour le plaisir voici le nuage de tags de l’entretien.

  1. réalisé le 29 mars 2011 par mail []
  2. Jonas Mekas présente Fluxfriends George Maciunas, Yoko Ono, John Lennon,2002, P.100 []

Nicolas Thély

Nicolas Thély est professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2. Il est directeur de la MSH-B

More Posts