L’instant de voir : Encyclopedia, contemporary art in the world….

C’est une encyclopédie atypique voire iconoclaste dans la paysage contemporain de l’agencement du savoir. Adoptant le format A3 d’un quotidien, comprenant sept cahiers encartés sans brochure ni reliure, cette curieuse publication savante reprend à son compte la maquette de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert : police de caractère, cartouches et tournures de langage sont identiques.

L’objet de cette édition concerne l’art contemporain et plus précisément les images qui correspondent à cette expression dans chacun des pays du monde et cela à travers le prisme de Google Image. Son auteur, Jean-Benoît Lallemant, a exposé ce Grand Tour effectué devant un écran d’ordinateur sous la forme d’une mosaïque d’images, retenant pour chaque pays les neuf premiers clichés. Il en ressort une collection de vignettes de bâtiments plus ou moins modernes, de visages d’artistes et d’amateurs éclairés et de représentations picturales le plus souvent figuratives.

Exposée au Centre Culturel Colombier à Rennes en septembre 2010, cette ENCYCLOPEDIA, CONTEMPORARY ARTS IN THE WORLD, WITH www.google.com/languague_tools (c’est le titre de l’œuvre) n’est pas une pièce unique, elle a également fait l’objet d’un tirage de 1000 exemplaires aux éditions Incertain Sens.

Œuvres Littéraires Non Identiées (OLNI) pour reprendre la formule de Christophe Hanna, l’encyclopédie de Jean-Benoît Lallemant semble également s’inscrire dans le sillage des œuvres de Ludovic Burel. On se souvient, en effet, de PAGE SUCKER_NUMERO UN_SKULL.JPG, projet de revue éditée en 2002, compilant plus de deux cents images de crânes aspirées par un logiciel à partir du mot clé “Skull”. Redistribuées dans le cadre de la page d’un livre,  les images fraîchement appropriées par l’artiste crée du sens par effet de collage et de téléscopages formels. Cinq ans plus tard, Ludovic Burel réitéra l’opération nourrie d’une dose d’humour supplémentaire avec ANOTHER PICTURE OF ME AS DRACULA : une série de 280 photographies saisies en 0,11 seconde par Google Image à partir du mot-clé “ME”.

Jean-Benoît Lallement appartient  à cette génération d’artistes, née au milieu des années 1980, dont les ordinateurs personnels gavés de logiciels et de dossiers plus ou moins ordonnés sont considérés comme les objets premiers de leur émancipation culturelle. Comme Camille Laurelli, qui imprime à l’occasion d’exposition le contenu de son disque dur, Jean-Benoît Lallement est travaillé par le soucis de prendre la mesure de la masse d’informations qu’il manipule au quotidien ou qu’il a sa disposition en glanant sur le Web.

Ce désir d’apprécier d’un seul regard la totalité des données n’est pas le propre des artistes ou des scientifiques, on se souvient du coup d’éclat de quelques amateurs qui avaient imprimé les pages de l’encyclopédie collaborative Wikipédia. Le résultat était formellement assez décevant : la publication d’une cinquantaine de centimètre de hauteur paraissait bien dérisoire à côté des trente volumes de L’Encyclopædia Universalis…

De son côté, Jean-Benoît Lallement signale avec élégance la manière dont la consignation de la somme des savoirs est passée sous le régime du flux d’informations. Les connaissances du monde semblent s’élaborer aussi vite qu’elles se dérobent, sans emprise et sans fondements durable, nous entraînant dans une sorte de folle gymnastique intellectuelle qui consiste à réajuster en permanence nos jugements. Bref comme les informations journalistiques, le savoir s’éprouve à vif. C’est pourquoi Jean-Benoît Lallement a opéré une ultime réduction  faisant du  mètre étalon des ouvrages encyclopédiques une publication qui a l’aspect d’un quotidien. 


Nicolas Thély

Nicolas Thély est professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2. Il est directeur de la MSH-B

More Posts

Art et programmation

Ouvrage collectif publié sous la direction de David-Olivier Lartigaud, ART++ fait le point sur le retour à la programmation en art depuis la fin des années 90.

 

En arts, les humanités numériques ont naturellement trouvé un ancrage en histoire de l’art, et beaucoup plus difficilement dans le champ de la théorie et la pratique de l’art contemporain. Nombreux sont les artistes et les théoriciens touchant de près ou de loin au code qui ont eu et ont encore la fâcheuse tendance à parler d’art numérique et de net art pour qualifier leurs pratiques. Si bien que principalement en France, le champ théorique se retrouve sans réelle dynamique de discussion, tournoyant sur lui-même, à l’écart des grandes problématiques esthétiques et philosophiques contemporaines.

Avec la publication d’ART++, David-Olivier Lartigaud donne un signal très fort sur ce que c’est que de faire une recherche en art à l’époque du numérique, sur l’étude toujours très délicate d’objets et de tendances difficilement cernables, de pratiques aussi éphémères qu’insistantes et souvent aux conséquences parfois irréversibles.

Professeur à l’école d’art et de design de Saint-Etienne, membre très actif du Laboratoire des arts et médias (Université Paris 1), David-Olivier Lartigaud a engagé une recherche il y a près de dix ans sur la programmation en art. Après l’organisation de deux colloques internationaux, la constitution d’un corpus de textes essentiels et leurs traductions, il livre aujourd’hui un ouvrage rigoureux, informé et indispensable.

D’emblée, un des atouts majeurs de cet ouvrage est de continuer, après Nathalie Magnan et Annick Bureau en 20021, le passage au français de nombreux textes considérés comme essentiels dans le champ des arts et médias tels que ceux de Wendy Chun, Geoff Cox, Alex Mc Lean, Adrian Ward, Alexander Galloway, Inke Arns, Olga Goriunova…

Mais au lieu de rattraper le temps perdu, de tenter de connecter les jeunes chercheurs et artistes français dans le concert des grandes manifestations internationales (ISEA, Transmediale, Ars Electronica), David-Olivier Lartigaud dessine à travers les pages de ce volumineux ouvrage un paysage théorique extrêmement clair et précis divisé en quatre chapitres – programmation informatique, art et logiciel, jeux de code et culture de la programmation. Il montre ainsi avec beaucoup de souplesse comment se combinent et se frottent aux enjeux artistiques et esthétiques contemporains des questions d’importances liées aux algorithmes: celles de la poétique infra mince du code, du désir de filiation avec l’histoire de l’art, des revendications d’émancipation et des approches critiques des idéologies politiques, économiques et sociales à l’œuvre dans le champ de l’informatique.

En donnant la parole à travers différents formats (entretiens, articles) aux artistes et théoriciens, David-Olivier Lartigaud a su créer un espace de réflexion qui permet au lecteur de prendre la mesure des nombreuses manières de faire et de penser et la nécessité de conceptualiser sereinement les poussées du numérique. Soulevant la question essentielle de la méthodologie de recherche en arts, cet ouvrage livre également une réponse rassurante et clairvoyante sur l’inscription des humanités numériques dans le domaine des arts et de l’esthétique car il laisse ouvert le champ des possibles et relativise de manière proportionnée le culte de l’instantané, de la pensée sans perspective.

 

ART++ sous la direction de David-Olivier Lartigaud, éditions HYX, Orléans, 2001.

Avec les contributions de : Inke Arns, Samuel Bianchini, Andreas Broeckmann, Christophe Bruno, Wendy Chun, Geoff Cox, Florian Cramer, Anne-Marie Duguet, Jean-Paul Fourmentraux, Darko Fritz, Matthew Fuller, Alexander Galloway, Olga Goriunova, Graham Harwood, Wilfried Hou Je Bek, Anne Laforet, David-Olivier Lartigaud, Geert Lovink, Nathalie Magnan, Alex McLean, Karen O’Rourke, Miller Puckette, Gilles Rouffineau, Antoine Schmitt, Nicolas Thély, Sylvie Tissot, Jo Walsh, Adrian Ward.

 

  1. Nathalie Magnan, Annick Bureau, Connexions, Art Réseaux Média, ENSBA, 2002 []

Nicolas Thély

Nicolas Thély est professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2. Il est directeur de la MSH-B

More Posts

PR Art, esthétique et humanités numériques

Après dix ans de bons et loyaux services, je quitte Paris 1 pour Rennes 2 où je viens d’être recruté sur le poste de Professeur en art, esthétique et humanités numériques. Je vais rejoindre l’unité de recherche arts : pratiques et poétiques (EA 3208) et me consacrer essentiellement au programme transversal « L’œuvre et l’imaginaire à l’ère du numérique ».

____

visuel :

Bâtiments de nuits –Université Rennes 2 – Louis Arretche

Nicolas Thély

Nicolas Thély est professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2. Il est directeur de la MSH-B

More Posts

Natif numérique – Faire-part

Je n’ai jamais accordé beaucoup de crédit à l’expression Digital Native mais pour une fois je veux bien l’employer à propos de Noor.

Noor est né en octobre 2010, c’est le fils de Corrie Gerristma l’une des premières personnes qui, dès 1998, a mis en ligne son quotidien de manière régulière et créative.

Son site personnel, cam@home, est aujourd’hui devenu un blog mais on peut consulter les archives et apprécier la manière avec laquelle la jeune a su se raconter. Elle a donné ses lettres de noblesse à la web-intimité naissante.

Entre 1998 et 2004, elle avait notamment initié une galerie photographique où chaque jour elle déposait une photo d’elle.

À présent il semble que ce soit au tour de Noor d’être sous le feu des projecteurs : la jeune maman « tweete » quotidiennement une image de son chérubin sur Flickr.

Nicolas Thély

Nicolas Thély est professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2. Il est directeur de la MSH-B

More Posts

L’esthétique intergénérationnelle

Billet de recherche portant sur « l’esthétique intergénérationnelle ».

Le 18 avril 2011, lors d’une communication au Cern sur les infrastructures du savoir, Lawrence Lessig est revenu sur la distinction qu’il fait entre la read-only culture et la read and rewrite culture. L’angle d’attaque du défenseur des creative commons est certes strictement juridique mais l’utilisation permanente de productions amateurs et artistiques dans son argumentation montre comment l’esthétique et la philosophie de l’art  doivent être interpellées par la question des droits d’auteur et également la manière dont le réseau contribuent à former les goûts et travailler les comportements.

Du clip vidéo au mash up

Dernier exemple en date utilisé par le juriste américain, le détournement de la chanson Lisztomania du groupe Phoenix, sortie en 2009. Des appropriations sauvages, des mash up1, de la chanson se sont multipliées sur les plateformes vidéo. Elles montrent des jeunes gens de Rio de Janero à Brooklyn en passant par Tel Aviv et Boston en train de danser sur la musique du groupe et accomplir les mêmes gestes, la même chorégraphie.

Ces productions bon enfant, respirant la joie de vivre comme une publicité pour du chewing-gum, ne ressemblent en rien au clip vidéo officiel où les membres du groupe versaillais se promènent dans les rues de Bayreuth sur les traces de Franz Liszt.

Les réalisateurs de ces vidéos font explicitement référence à une réalisation intitulée Lisztomania (Unofficial Video) où la chanson éponyme de Phoenix sert de bande son à la reprise d’une séquence du film Breakfast club (1985), film culte des années 1980, huis clos cinématographique auscultant l’adolescence mais aussi prétexte à réflexion sur la mixité sociale et culturelle de l’Amérique WASP de Ronald Reagan. Impossible de démasquer l’auteur de ce mash up. En consultant les commentaires sur le compte de 00mit00 qui a déposé cette vidéo le 17 avril 2009 sur You Tube, un certain avoidantconsumer se  plaint d’avoir été spolié (« Why did you steal my video ? »), mais son compte a été fermé par les services de YouTube :

Le compte YouTube de avoidantconsumer a été clôturé, car nous avons reçu, à plusieurs reprises, des notifications de tiers nous informant que plusieurs personnes suivantes, dont les suivantes, ont déposé une réclamation pour atteinte aux droits d’auteur : The Cartoon Network, Inc.

Du huis clos cinématographique à l’effet de réseau

Toujours est-il que la séquence aujourd’hui consultable sur la page de 00mit00 sert de canevas pour les internautes désireux de célébrer leur goût pour la musique de Phoenix. La séquence remixée de Breaksfast Club est un passage où les cinq jeunes gens collés pour un après-midi improvisent dans la bibliothèque du lycée une danse sur We are not alone de Karia DeVito, chanson faiblarde et insipide, écrasée par la puissance de Don’t forget about me de Simple Minds qui restera la bande son du long-métrage.

Dès la sortie du film sur les grands écrans, puis sa télédiffusion et sa distribution en cassette vidéo, fêtes et boums ne seront plus les mêmes : pour se distinguer les filles se sont mises à adopter le pas de danse sautillant de Molly Ringwald tandis que les garçons reprenaient la chorégraphie musclée des trois acteurs. C’était les années 1980, ces scènes peuplant encore les souvenirs des quadras d’aujourd’hui sont certainement confinées sur les négatifs des pellicules argentiques et les bandes vidéos S-VHS ou 8mm de celles et ceux qui ont pu profiter des premiers caméscopes.

Mais avec Internet, on est passé du huis clos à l’effet de réseau : toutes personnes utilisant un appareil numérique est devenu un amateur, un producteur de contenu qui s’en remet implicitement aux algorithmes de YouTube pour dessiner les contours de la communauté de goût à laquelle il appartient.

Techniquement, la séquence remixée de Breakfast Club que l’on retrouve sur la page de 00mit00 a consisté à gonfler les 1 minute 27 d’une séquence autonome en 4 minutes de florilèges de longs-métrages également destinés à un public juvénile.2. Cette extension artificielle supporte incroyablement bien la chanson de Phoenix comme si la musique avait été spécialement conçue pour accompagner les images.  Si bien que le spectateur de ces sympathiques programmes audiovisuels retrouve visuellement l’effet entêtant et entraînant de la chanson du groupe versaillais. Œuvre d’art ou pas, en paraphrasant le critique de rock Nick Hornby, on pourrait dire que c’est déjà un petit miracle que cette vidéo existe.

Stratégie publicitaire ?

Les mash up de Breakfast Club se démarquent toutefois de l’expérience mélancolique inhérente à la consultation des sites de partage comme  YouTube. Ils condensent à leurs manières (c’est-à-dire avec trois fois rien) la culture et l’imaginaire d’une époque révolue. En cela, ils sont très proches du film Donnie Darko (2001) de Richard Kelly dont les plans regorgent de références implicites à des œuvres populaires et underground des années 1980.

Par leurs absences de signatures, ces vidéos semblent toutefois être le produit de décisions et d’opérations troubles et obscures : on peut légitimement s’interroger sur le fait de savoir si elles ne relèvent pas d’opération marketing ou pas comme beaucoup d’autre phénomène viral sur le réseau Internet ? Il est curieux de voir que le blog de Phoenix aucun post ne fait allusion à ces réalisations non-officielles de fans.

Dans Nous sommes jeunes, nous sommes fiers : La Culture jeune d’Elvis à My Space, Benoît Sabatier explique sans concession comment la French Touch, dont Phoenix est un groupe phare, est le résultat d’un plan marketing et artistique bien organisé. Certains éléments sémantiques utilisés pour baliser le premier mash up sur YouTube suggèrent de suivre cette piste. En effet, le titre initial du premier mash up comportait la mention « Brat Pack Mash up ». L’expression Brat Pack fait référence au nom attribué dans les années 1980 à un petit groupe d’écrivains américains « jeunes, branchés et (dont les) romans faisaient l’objet d’un marketing agressif à l’adresse d’un lectorat plutôt jeune et aisé. »

Alors le Brat Pack Mash Up serait-il la forme artistique d’une stratégie publicitaire de la French Touch ? L’hypothèse est tentante car pourquoi ce remix accroche-t-il plus l’attention que d’autres qui lui préexistaient ? La proximité du groupe versaillais avec la cinéaste Sofia Coppola est de notoriété publique. Alors, on se demande si quelques-unes de ces vidéos, et notamment la première, ne seraient-elles pas le fruit de petites bidouilles de la cinéaste ou de son frère Roman, connu pour ses clips. D’autant plus que chronologiquement les premières vidéos sont bien mieux réalisées que les dernières, plus amateurs, comme si au fur et à mesure que le cercle des affinités électives s’élargissait les productions perdaient en intensité.

Paysage culturel

D’un point de vue esthétique, ces pratiques de réappropriations et de diffusions à grande échelle posent la question de la transmission de la culture dont nous héritions : comment faire passer d’une époque à une autre un système de pensée, de références et de manières d’être ? Comment transmettre des goûts et des attitudes dont nous sommes dépositaires ? Il y a des réponses purement techniques et scientifiques comme par exemple la carrière des œuvres en termes de compatibilité3 et d’interopérabilité.

La transmission intergénérationnelle a également été l’objet de pratiques artistiques dans le champ de l’art contemporain occidental : des premiers remake de Pierre Huyghe à la campagne de re-enactment lancée notamment par Marina Abramovic au début des années 2000 pour sauvegarder la mémoire des performances des années 1970. Mais, quand bien même ces réponses plastiques interrogent les grands moments de l’Histoire, elles restent dans le périmètre d’une économie de la rareté et ont encore aujourd’hui bien du mal à s’adapter au régime numérique de la culture.

Fruits ou pas d’une quelconque stratégie marketing, les mash up qui circulent sur le réseau offrent paradoxalement une autre perspective : ils mettent en place une esthétique intergénérationnelle où des jeunes gens, nés à la fin des années 1980, reproduisent des gestes et des procédures d’une époque révolue mais qui font désormais partie de leur paysage culturel.

  1. des réalisations vidéo à mi-chemin entre le remix et le remake []
  2. (The Outsiders (1983) Class (1983) Sixteen Candles (1984) Oxford Blues (1984) St. Elmo’s Fire (1985) Pretty in Pink (1986) Blue City (1986) About Last Night… (1986) Wisdom (1986) Fresh Horses (1988 []
  3. C’est bien malgré moi que cet article co-rédigé avec David-Olivier Lartigaud n’est pas en open acces []

Nicolas Thély

Nicolas Thély est professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2. Il est directeur de la MSH-B

More Posts

UYIO, le répertoire d’œuvres en ligne est désormais une archive

Dans cet entretien Nicolas Frespech explique la raison pour laquelle il a décidé de se séparer de UYIO, son répertoire d’œuvres en ligne, et de le déposer sur le site NT2. Son geste soulève la question de la pérennité des répertoires constitués par les amateurs et les artistes.

Professeur à l’école d’art de Lyon, Nicolas Frespech œuvre sur le réseau depuis 1996. L’œuvre collaborative, « Je suis ton amie… » où il invite les internautes à livrer leurs secrets, est la première œuvre en ligne acquise, en 1998, par une institution publique d’art contemporain (le FRAC Languedoc-Roussillon). Cette œuvre qui connaîtra une carrière mouvementée, censurée, délocalisée, n’est plus accessible à ce jour.

En 2004, l’artiste a inauguré L’Échoppe photographique, un projet insensé qui consiste à réaliser des œuvres photographiques commanditées par les internautes. Aujourd’hui, Nicolas Frespech a réalisé près de 1000 clichés. Anticipant Twitter, il se lance , en 2005, dans le microblogging et indexe son quotidien au fil des flux RSS. Toutes ses créations personnelles sont accessibles sur son site Internet.

Il y a quelques mois, Nicolas Frespech a pris la décision de transférer UYIO, un répertoire d’œuvres en ligne qu’il créé en 2001, sur le site NT2, site du laboratoire de recherche sur les œuvres hypermédiatiques basé à Montréal. Explications.

– Comment est né le projet d’un répertoire d’œuvres en ligne ?

J’ai créé ce projet en 2001 dans le cadre d’un Master web éditorial à l’université de Poitiers. Cela n’enchantait guère certains enseignants que je fasse un mémoire sur le net art plutôt que sur l’éducation à l’image. J’ai donc fait deux mémoires et un répertoire en ligne  ! Je tenais à cette idée d’un site de partage, je voulais fabriquer un outil qui donne des informations sur l’art en ligne et sur son actualité. C’était l’occasion aussi de me former techniquement. Ce répertoire a pris la forme d’une base de données réalisée en PHP et il permettait à ses utilisateurs d’imprimer les fiches.

– Que signifie UYIO ?

UYIO ne veut strictement rien dire. C’était l’un des derniers noms disponible en quatre lettres en point com.

– Comment avez-vous organisé l’enrichissement de votre répertoire ?

Les internautes et les artistes envoyaient directement leurs liens, je remplissais également moi-même les formulaires. J’avais déjà conscience à l’époque que les sites étaient fragiles mais j’avais de tout même sous estimé la fréquence des changements d’adresse et le taux de disparition des sites. Je passais beaucoup de temps à vérifier, à rechercher des informations et actualiser les sources. C’était une activité assez chronophage.

– À qui était destiné ce répertoire ?

En 2004, Google et FaceBook n’étaient pas encore les seules portes d’entrées sur le Web. J’œuvrais dans un souci de vulgarisation. J’avais même programmé un petit moteur de recherche pour que les visiteurs du site puissent prolonger leur recherche et trouver des infos sur les artistes. Il y avait aussi une version mobile pour valoriser les œuvres mobiles.

– Etait-ce la seule initiative à l’époque ?

Chacun d’entre nous avions dans nos navigateurs un répertoire en puissance : l’idée était de passer des favoris au répertoire. Rhizome, le site précurseur dans la défense de l’art internet, avait créé sa propre base de données en 1999, mais avec UYIO, j’avais la prétention de faire de mon répertoire un document de travail et d’échange, un prétexte pour engager une discussion sur l’art et l’Internet. J’ai toujours abordé la création en ligne en faisant des parallèles avec d’autres œuvres inscrites dans le réel. C’est la raison pour laquelle on trouve beaucoup de travaux de Claude Closky sur UYIO, car c’est un artiste qui passe d’un médium à l’autre sans se poser la question de la spécificité.

– Depuis mars 2011,  UYIO est hébergé sur le site NT2 du laboratoire de recherche sur les œuvres hypermédiatiques basé à Montréal. Pourquoi ? Qui a pris l’initiative ?

J’ai continué à faire vivre UYIO jusqu’en 2006. Mais entre temps le paysage de l’Internet avait changé, je me suis rendu compte qu’il y avait là un travail historique de collecte, et que mes notules de présentations étaient un peu dérisoires par rapport aux discours critiques et théoriques qui se développaient.

En octobre 2009, je me suis dit que je devais me débarrasser de ce travail afin qu’il soit pérenne. J’ai contacté NT2 et le dialogue s’est très rapidement mis en place. Je leur donnais les moyens d’intégrer un dispositif qui pré-existait à leur propre répertoire. A ce moment-là, j’avais les exigences d’un conservateur plutôt que d’un technicien. Je voulais que l’on conserve au delà du répertoire la dynamique du site, le back office, le moteur de recherche, les pages PHP, la mise en page colorée… Mais il y a eu un blocage technique.

– Que s’est-il passé ?

J’ai finalement demandé les clés du code FTP pour trouver une solution. Je suis redevenu technicien. Ce souci de basculement technique n’était peut-être pas la bonne solution. Je devais peut être mettre en ligne ce que les gens voulaient : le répertoire entendu comme trace historique. En même temps, je tenais à rendre accessible les données SQL, les données brutes, pour que les personnes intéressées puissent les extraire directement et travailler sur différents formats d’exportation. J’ai opté pour le PDFA qui sert à la conservation, le répertoire en ligne est resté sous un format HTML nettoyé ne conservant que les titres, les numéros, les dates d’insertion et les liens hypertextes.

– On trouve également d’autres documents.

J’ai fait une copie d’écran de la page d’accueil d’UYIO pour montrer l’état de l’art graphique de l’époque. J’ai fabriqué une carte heuristique du projet pour mettre en lumière l’élaboration et la mise en place de ce projet de conservation qui valorise les formats et les logiciels libres. J’ai également décidé de laisser « un son », un enregistrement audio pour expliquer les tenants et les aboutissant de ma démarche. Je prépare actuellement un fichier Epub (livre électronique).

– Qu’attendez-vous de ce transfert ?

Je ne suis pas certain qu’actuellement on ait véritablement conscience de la manière dont il faudrait conserver les créations en ligne et les enjeux qu’elles soulèvent. Cela me rappelle le problème avec le site des Secrets dont à ce jour je n’ai jamais pu voir une seule copie de sauvegarde, car elles n’existent certainement pas ! Aussi j’attendais de ce transfert un dialogue sur la manière dont un artiste peut se séparer de sa création. J’ai travaillé exclusivement par e-mail avec les membres de l’équipe de NT2 . Je n’ai rien signé, j’espère que le laboratoire ne fermera pas ses portes un jour… Mais aujourd’hui les ressources de UYIO sont accessibles, elles sont sous licence Art libre. J’ai contribué à ma manière à l’archéologie du réseau, maintenant c’est aux conservateurs, aux enseignants et aux chercheurs de s’approprier ces ressources et de les faire circuler.

Nicolas Thély

Nicolas Thély est professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2. Il est directeur de la MSH-B

More Posts

« Les réseaux sociaux : vers la société de la connexion »

Cycle de tables rondes et de conférences sur l’Universalisme organisée par l’Ecole Supérieure d’Art de l’Agglomération d’Annecy dans le cadre du programme culturel de la Candidature de la ville d’Annecy aux Jeux Olympiques d’hiver 2018.

Alors que le territoire annecien se saisit de la candidature aux Jeux Olympiques d’hiver 2018, l’Ecole Supérieure d’Art de l’Agglomération d’Annecy (esaaa), à la demande du Comité de candidature, apporte à son tour sa contribution en organisant un cycle de conférences qui pose la question de l’Universalisme. Cette notion participe en effet du socle des Jeux. Tout en étant généreuse et positive, elle apparaît aujourd’hui dans le même temps radicalement problématique. Où en sommes-nous avec l’Universalisme ?

Mercredi 13 avril : « Les réseaux sociaux : vers la société de la connexion »

Les modifications qui affectent aujourd’hui la notion d’Universalisme semblent intrinsèquement liées aux évolutions technologiques. Qu’en est-il réellement ? Et si l’Universalisme n’a rien à voir avec le « village global » d’Internet, quel type de commun s’invente dans les réseaux sociaux du web 2.0 ?

Table-ronde avec :

Dominique Cardon, sociologue,

Geert Lovink, théoricien des médias,

Nicolas Thély, philosophe,

Olivier Laurelli, développeur Open Source

Xavier De La Porte, producteur de radio et écrivain

Informations pratiques :

Le mercredi 13 avril 2011 à 18h au Musée-château à Annecy.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Musée-château d’Annecy, Place du Château, 74000 Annecy, 04 50 33 87 30

Programme du cycle de conférences et de tables-rondes.

Illustration du billet :

Camille Laurelli, Passe partout


Nicolas Thély

Nicolas Thély est professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2. Il est directeur de la MSH-B

More Posts