La conquête de l’ubiquité : des robots dans les musées (3)

Il est certes un peu facile de reprendre le titre d’un article de Paul Valéry à propos du devenir des œuvres d’art, mais cette expression « la conquête de l’ubiquité » prend son sens aujourd’hui dans les lieux d’art et de culture. Dans un précédent billet, nous nous sommes arrêtés sur cette expérimentation qui s’est déroulée en août dernier à la Tate Britain : un robot spécialement conçu par des designers permettait à des internautes de visiter à distance le musée en contrôlant le déplacement de la machine et aussi l’inclinaison des capteurs vidéos. La fréquentation des œuvres d’art se place alors sous le régime d’une expérience de la présence à distance permettant d’explorer in visu quelques grands chefs d’œuvre du musée londonien. Un article paru cette semaine dans la quotidien régional Le Journal de Saône-et-Loire revient sur l’acquisition par la ville d’Autun d’un robot pour visiter à distance le musée d’art et d’histoire Rolin. Il s’agit plus précisément d’un robot Beam pro qui en apparence ne ressemble en rien à un robot humanoïde mais plus à une tablette posée à la verticale sur un socle mobile.

VANCOUVER, CANADA – MARCH 18: Edward Snowden is interviewed by TED Curator Chris Anderson (L) via a BEAM remote pressence system during the 2014 TED confernece March 18, 2014 in Vancouver, Canada. Snowden said the biggest revelations have yet to come out of the estimated 1.7 million documents he acquired from the National Security Agency. (Photo by Steven Rosenbaum/Getty Images)

On le voit ici dans un contexte bien particulier : c’était en mars 2014 dans le cadre d’une conférence TED donnée par Edward Snowden. Ne pouvant sortir du territoire russe, le lanceur d’alerte est intervenu à Vancouver par le biais de ce robot. Par robot, il faut entendre ici une machine qui est capable de matérialiser la présence physique d’une personne alors qu’elle n’est pas sur place. En d’autres termes, cette machine conçue par des français (AWABot) et des américains (Beam Pro) permet le don d’ubiquité, d’être ici et là. La société AWAbot avait déjà expérimenté la présence de robot dans un lieu d’art et de culture en mai dernier dans le cadre de la nuit des musées. Trois robots Beam Pro permettaient en effet de visiter, de 19h à minuit, les allées du musée gallo-romain de Lyon  situé sur la colline de Fourvière. (Cliquer ici pour consulter le reportage de France 3).

L’acquisition du musée Rolin de la ville d’Autun marque donc une étape majeure : il ne s’agit plus de démonstration temporaire mais de la mise en place d’un nouveau service à destination des publics :

« Cette technologie, utilisée notamment aux États-Unis, pour permettre aux élèves malades d’assister aux cours depuis leur lit d’hôpital, peut être adaptée pour que des visiteurs du monde entier ou ayant des problèmes de mobilité puissent visiter le musée Rolin comme s’ils y étaient, en totale liberté », explique Vincent Chauvet, adjoint au maire d’Autun en charge de l’embellissement général de la ville, de la rénovation du patrimoine historique et de l’accessibilité.

L’introduction de robots de téléprésence entraîne une nouvelle définition des services du musée et soulève la question des effets de l’optimisation du rendement des visites des lieux de l’art :

« Cette volonté d’acquérir un robot de télé présence pour le musée Rolin, chère à Anne Pasquier, responsable du service patrimoine de la Ville, a remporté un appel à projet du ministère de la Culture. Ainsi l’État participera financièrement à hauteur de 18 000 € à l’investissement, qui comprend l’acquisition du robot, l’accès au réseau Beam Pro, le développement du portail web et la communication », avance l’adjoint au maire d’Autun en charge du dossier. Le conseil régional de Bourgogne, a priori très emballé lui aussi par le projet, et l’Europe, devraient également mettre la main à la poche pour un montant de 25 000 € environ. « Il ne devrait rester à la charge de la ville d’Autun que 9 780 €, le coût global de l’investissement étant de 52 780 €. Mais nous ferons appel à des mécènes dont la société Orange qui est déjà partenaire du musée Rolin », détaille Vincent Chauvet qui travaille à d’autres partenariats. « Pour la municipalité, le coût sera très probablement nul. Et cet investissement permettra de dégager des recettes », assure l’élu.

 

Boîte noire :

Ce billet a été initialement publié à l’adresse suivante : https://robothuman.wordpress.com/author/nicolasthely/

Il fait partie d’une série d’articles publiés en collaboration avec Philippe Le Guern.


Nicolas Thély

Professeur en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2, Nicolas Thély est directeur de la Maison des Sciences de l'Homme en Bretagne (USR 3549).

More Posts

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *