Visite nocturne : des robots dans les musées (2)

Dans un précédent billet « Des robots dans les musées », j’abordais la question de la présence des robots dans les musées non du point de vue de l’exposition mais à partir du mode de fréquentation des oeuvres. J’avançais l’hypothèse d’une expérience in visu et ex situ de l’art. En reclassant les informations agrégées ces derniers mois sur « mon Scoop.it », j’ai trouvé une nouvelle pièce à conviction venant justifier mon hypothèse. Il s’agit d’un article publié en février sous le titre « Des robots permettront bientôt de visiter la Tate Britain de nuit ». L’article présentait le nouveau prix IK de la Tate Britain.

Ce nouveau prix numérique est appelé le prix IK en mémoire à la philanthrope Irene Kreitman qui a aidé à financer le musée pendant plus de 25 ans. Il sera décerné chaque année à des idées originales utilisant la technologie numérique pour aider à relier la collection du musée à un public plus large.

Tommaso Lanza, Ross Cairns et David di Duca sont les premiers lauréats. Ces trois artistes formés au Royal College of Art ont fondé, en 2010, le collectif The Workers. Le projet qu’ils ont présenté, « After Dark », consiste à visiter la Tate Britain de nuit grâce à un petit robot spécialement conçu. Dans un entretien accordé à la journaliste du site club-innovation-culture.fr, Tommaso Lanza explique :

Cela va donner à l’art un angle différent, et une lumière différente, au sens propre comme au figuréL’inspiration initiale de ce projet est une émotion plus qu’une technologie spécifiqueIl s’agit d’être seul dans une vaste galerie historique. Nous voulons que les gens aient le sentiment d’avoir le contrôle, la maîtrise, tout en s’émerveillant devant une collection de 500 ans qui comprend certaines des œuvres les plus importantes au monde. Les robots seront fabriqués pour l’occasion et nous ferons en sorte de les rendre les plus simples possible. Nous avons principalement besoin de pouvoir contrôler les déplacements, la caméra et l’éclairage.»

 

Quatre robots ont donc été spécialement conçus pour circuler dans les salles du musées. Tommaso Lanza et Ross Cairns reviennent sur leur conception dans la vidéo « making of » :

Les robots ne circulent pas toutes les nuits dans les salles du musée. Leur activation relève pour le moment du régime de la performance, c’est-à-dire d’un temps et d’un lieu temporairement déterminé. A ce jour, l’expérience a été conduite une seule fois dans l’année entre les 13 et 17  août de 22h à 3 heures du matin. Le site Internet du projet et la bande-annonce invitaient les internautes à prendre le contrôle de l’un des quatre robots.

L’éligibilité de ces nouveaux amateurs d’art à distance dépendait toutefois de certaines contraintes technologiques (désactivation de pare-feu, utilisation du navigateur Chrome, etc.) et d’une bonne dose de chance : inscription en ligne, tirage au sort, liste d’attente…

Mais une fois connectés, les heureux élus pouvaient déambuler à distance dans les salles de la Tate Britain plongées dans l’obscurité. Grâce à une tablette de commande affichée sur l’écran de leurs ordinateurs, ils étaient en mesure d’orienter le « regard » du robot en contrôlant l’inclinaison et les mouvements de « sa tête ».  Dans la vidéo « making-of » visionnée plus haut, Chris Hadfield, un ancien commandant de bord de la station Internationale, décrivait parfaitement cette nouvelle expérience in situ et ex situ de l’art  :

Vous vous piquez de curiosité. Vous oubliez ce que vous êtes réellement en train de faire. Votre attention se porte sur la peinture, et le robots et vos mains sont simplement l’extension de votre esprit. »

 

Boîte noire :

Ce billet a été initialement publié à l’adresse suivante : https://robothuman.wordpress.com/author/nicolasthely/

Il fait partie d’une série d’articles publiés en collaboration avec Philippe Le Guern.


Nicolas Thély

Professeur en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2, Nicolas Thély est directeur de la Maison des Sciences de l'Homme en Bretagne (USR 3549).

More Posts

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *