Un robot qui préfèrerait ne pas

On doit à la littérature l’invention du terme « robot » et plus précisément au dramaturge tchèque Karel Capek auteur en 1920 de la pièce RUR (Robots Universels de Rossum) dans laquelle il décrit l’évolution d’une usine qui inonde la terre d’esclaves artificiels censés soulagés les hommes de leurs corvées.  D’une manière générale, il est entendu d’associer aujourd’hui au terme « robot » ce qui relève de l’automatisation de tâches répétitives à grande échelle. On doit aussi à la littérature la description d’un symptôme lié à la répétition des tâches manuelles  à travers le personnage de Bartleby imaginé en 1853 sous la plume d’Herman Melville. Bartleby est un copiste de pièces juridiques, un scribe qui officie dans un bureau de la Cour de la Chancellerie à New-York.

Pour commencer, Bartleby abattit une extraordinaire quantité d’écritures. On eût dit d’un homme longtemps affamé de copie et se gorgeant de mes documents. Il ne s’arrêtait pas pour digérer, mais tirait jour et nuit à la ligne, copiant à la lumière du soleil comme à celle des bougies. J’aurais été ravi de son application s’il avait été allègrement industrieux. Mais il écrivait toujours silencieusement, lividement, machinalement.    (Herman Melville, Bartleby le scribe, traduit de l’anglais par Pierre Leyris, Gallimard, Paris, 1996,p.24)

Et puis un jour la machine Bartleby s’enraye :

Il était, je crois, depuis trois jours avec moi, et ses propres écritures n’avaient pas encore dû être collationnées lorsque, fort pressé d’expédier une petite affaire en cours, j’appelai tout à coup Bartleby. Dans ma hâte et ma confiance naturelle en son obéissance immédiate, j’étais assis la tête penchée sur l’original, et ma main droite tendant la copie de flanc avec quelque nervosité, afin que Bartleby pût s’en saisir dès l’instant qu’il émergerait de sa retraite et se mît au travail sans le moindre délai. (…) Imaginez ma surprise, non, ma consternation lorsque, sans quitter sa solitude, Bartleby répondit d’une voix singulièrement douce et ferme : « Je préférerais pas. »       (Herman Melville, Bartleby le scribe, traduit de l’anglais par Pierre Leyris, Gallimard, Paris, 1996, p.25.)

Qu’est-ce que serait un robot victime du syndrome de Bartleby ? Un robot qui préférerait ne pas ? Voici le robot CoGiRo  :

C’est un robot transpalette conçu entre 2010 et 2013 dans le cadre d’un programme ANRréunissant trois laboratoires (Institut Pascal, LIRMM et EPI COPRIN – INRIA Sophia Antipolis) et une entreprise (TECNALIA France).  Il a pour fonction de déplacer très rapidement de très lourdes charges (jusqu’à 500 kg). Voici le même robot dans le cadre  de l’exposition Science, fiction, culture, capital qui s’est tenue à l’Ecole Supérieure des beaux-arts de Montpellier en janvier 2013. (voir vidéo à partir de 4’29 »).

Que s’est-il donc passé ? Le robot CoGiRo a-t-il été pris d’une soudaine crise d’apoplexie algorithmique ? Le voici qui se met à déplacer avec une extrême lenteur une simple chaise donnant l’impression au visiteur que celle-ci est en lévitation dans l’espace d’exposition. Cette oeuvre signée Michael Sellam est le symbole de ce que l’art, et plus précisément la création artistique peut apporter à la robotique et au monde de l’ingénierie. Non pas des idées ou des formes spectaculaires, mais la possibilité de concevoir autrement les machines que nous fabriquons tout en offrant les conditions nécessaires pour y parvenir : CoGiRo n’a pas été imaginé pour déplacer lentement de lourdes charges. Comme si « productivité » impliquait toujours « rapidité ». Mais être lent est-ce être nécessairement contre-productif ? Pour concevoir cette pièce, Michael Sellam a travaillé avec les ingénieurs de CoGiRo. Dans un entretien accordé le 26 septembre dernier il explique sa démarche :

Mon travail consiste en un dialogue précis avec des ingénieurs qui sont les seuls spécialistes. Ils doivent produire des programmes qui répondent à des attentes de plus value. Je leur pose toujours la question : « Qu’est-ce que vous ne faite jamais dans votre travail ? » En posant cette question, ils commencent à envisager des capacités jamais exploitées. Il y a une brèche intéressante qui s’ouvre. C’est comme si on lisait entre les lignes d’un programme très fermé tout ce qui n’est pas permis et prévu…  Ce qui m’intéresse c’est le dialogue avec les ingénieurs et mettre en place des situations où ils peuvent réaliser ce qu’ils n’ont pas le temps d’imaginer… Je replace l’humain au centre du travail et de l’oeuvre. Mon travail ne dénature pas les robots déjà existants. Ces machines ne sont jamais détournées. Elles continuent de fonctionner, de remplir les tâches pour lesquelles elles ont été fabriquées ou programmées. J’ai un respect pour la fonction de l’objet. Mon travail relève d’une logique de  l’amplification de la fonction des objets.

Concevoir un robot qui préférerait ne pas ou comment l’art contribue de manière décisive aux logiques d’invention et d’innovation.

 

Boîte noire :

Ce billet a été initialement publié à l’adresse suivante : https://robothuman.wordpress.com/author/nicolasthely/

Il fait partie d’une série d’articles publiés en collaboration avec Philippe Le Guern.


Nicolas Thély

Professeur en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2, Nicolas Thély est directeur de la Maison des Sciences de l'Homme en Bretagne (USR 3549).

More Posts

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *