"Dark Day" (2012) by Abigail DeVille

Lisse et policé

"Dark Day" (2012) by Abigail DeVille
"Dark Day" (2012) by Abigail DeVille

J’inaugure avec ce billet la retranscription de mes notes de lecture d’article de presse ou de mes simples surlignages…. Le premier billet concerne un article qui porte une sévère critique sur le « mode lisse et policé » d’une exposition mainstream… 

 

Dans le Journal des arts daté du 13 avril 2012, le critique d’art Frédéric Bonnet porte un jugement très intéressant sur l’exposition The Ungovernables qui s’est tenue au New Museum de New-York. Le critique rappelle l’ambition de l’exposition qui regroupait des artistes dits « trentenaires » :

 » Elle prétend embrasser l’énergie des urgences de cette génération. Des urgences qui sont formelles et philosophiques, matérielles et idéologiques, et suggère à la fois la résistance anarchique et organisée et l’humour sombre (…) de cette génération. »

Mais  au grès de la visite de l’exposition, le critique d’art constae que « de tensions on ne perçoit point. Formes et contenus ressassés. » Ce ratage de l’exposition ne s’explique pas simplement par l’accrochage qui semble être contre-productif ; Frédéric Bonnet identifie un autre problème :

« Autre écueil et non des moindres, le complet « merchandasing » (marchandisage) tant de l’exposition que de beaucoup d’œuvres exposées. Tout semble formaté pour une facilité d’usage, une lecture rassurante. A l’exception d’une installation d’Abigail DeVille, coincée dans un espace malhabile dans les escaliers, et qui constitue une échapée belle sombre et onirique (Dark day, 2012), rien ne dépasse. Tout ou presque est lisse, asceptisé, sans aspérités aucune, ce qui dans une proposition évoquant la résistance, qui plus est émanant d’une génération de trentenaires, en serait presque à pleurer… mais pas de rire. »

En 2007, pour mémoire, avec les mêmes intentions que les commissaires de l’exposition The Ingouvernables, Stéphane Sauzedde proposait à Grenoble une exposition à faible intensité et volontairement rugueuse  intitulée : Basse def…

 


Nicolas Thély

Professeur en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2, Nicolas Thély est directeur de la Maison des Sciences de l'Homme en Bretagne (USR 3549).

More Posts

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *