Basse définition (documents)

On emploie généralement l’expression « basse définition » pour désigner la qualité des images issues de la technique de compression de données. JPEG, MPEG et MP3 sont ainsi des acronymes d’algorithmes qui sont aujourd’hui bien loin d’être des termes barbares pour les utilisateurs d’appareils numériques. Requalifiée en termes esthétiques, la « basse définition » désigne la qualité des données qui circulent sur le réseau Internet  (textes, images et son), leur production, leur distribution et leur réception. Loin d’être un mot écran, la « basse définition » définit un régime de perception du monde à l’heure de la « révolution numérique » ; elle pose la question de la perception et de la fabrication de données qui sont permises par la manipulation de matériels plus ou moins sophistiqués, plus ou moins domestiques, appartenant pour l’essentiel au domaine des biens d’équipement audiovisuels et  informatiques.

Ce questionnement a donné lieu, entre 2005 et 2011, à une exposition, des publications et une ligne de recherche associant des écoles d’art au Laboratoire des Arts et Médias (LAM) de l’université Paris 1.

Exposition  Basse Def (2007)

Comissariat : Stéphane Sauzedde (en collaboration avec Nicolas Thély)

« Il n’a jamais été aussi facile de faire des images, des vidéos ou des dessins, de les manipuler et de les partager. Fonds d’écran, blogs, webzines, gifs animés, albums photo sur téléphone portable, playlist d’amateurs proposées ici ou là…: les gisements de formes «basse définition» sont formidablement nombreux et ils coulent à flot. Contemporaine de cet écosystème, toute une génération d’artistes n’hésite pas à s’abreuver à ces sources impures, et sans complexe, elle déploie des univers radicaux qui esquivent autant la banalité que le spectacle de la maîtrise professionnelle des outils de création. Avec John Armleder, Wilfrid Almendra, Serge Comte, Clôde Coulpier, Fabrice Croux, Grégory Cuquel, Patrice Gaillard et Claude avec Daniel Dewar, Camille Laurelli, Elodie Lecat, David Lefebvre, Pierre Lesclauze, Fanette Muxart, Alice Nikitinova, Denis Savary et Tolga Taluy. »

Centre d’art OUI, 56-58 boulevard de l’Esplanade, 38000 Grenoble

Ligne de recherche (2008-2011)

« Basse définition » est une ligne de recherche soutenue par le Ministère de la Culture (DAP) qui associe trois écoles d’art (Quimper, Valence et Grenoble), à l’université Paris 1, l’École nationale supérieure des télécommunications (Enst), à l’université Pierre Mendes France (Grenoble) et un centre d’art (Oui, Grenoble). Elle émane d’une proposition de Nicolas Thély (Lam, Paris 1) sur la question de la sensibilité à l’heure de la « révolution numérique » et du statut de la création artistique dans ce contexte de partage des données volatiles et nomades sur des supports temporaires.

Membres de l’équipe : Nicolas Thély (Responsable scientifique du projet, Lam, Paris 1), Annie Gentes (École Nationale Supérieure des Télécommunications), Anne Laforet (Chercheur indépendant et critique d’art), David-Olivier Lartigaud (Lam, Paris 1), Karine Lebrun (École supérieure des Beaux-arts de Quimper), Gilles Rouffineau (École régionale des Beaux-arts de Valence), et Stéphane Sauzedde (Université Pierre Mendes-France Grenoble, Directeur de OUI – Centre d’art – Grenoble).

Une publication bilingue est prévue pour octobre 2011 aux éditions B42

Kit de conférence

Lives and works everywhere.

Publications

Basse déf, partage de données, Les presses du réel, Dijon, 2007, 133 pages.

Mes Favoris, éditions Mix, Paris, 2008, 69 pages.

Documents vidéos

Playlist Basse Def, Libération, Ecrans.fr, 27 mars 2007.

Entretien : Dans le cadre de la sonde 04#09, Nicolas Thély répond à Emmanuel Guez. Pour entendre et voir l’entretien (en fr.), cliquez ici [click here]. (Durée : 31′58) / Tournage et montage : Blandine Armand.

Articles publiés

« Images nomades », Revue 02, Nantes, 2005, p. 12-13.

« Bruits de fond », Revue ESSE n°59, dossier Le Bruit, Montréal, 2007, p.11-13.

« Freshening up feeble forms« , Catalogue exposition Nature Morte, Nogallery, Prague, 2007,

« L’avenir du Net Art : rester compatible », (avec David-Olivier Lartigaud), Revue Terminal, Technologie de l’information, culture et société : net art, technologie ou création, Printemps 2008, n°101, L’Harmattan, p.35-42.

« My Space is You Tube », in Stéphanie Moisdon (dir.), Qu’est-ce que l’art vidéo aujourd’hui ?, Beaux-Arts Magazine Hors Série, Paris, 2008, p. 40-45.

« Basse définition (à propos de la perception du monde à l’heure du numérique) », in  Anne-Cécile Worms (dir.), Arts numériques, Tendances, Artistes, M21 éditions, Paris 2008, p. 42-44.

« Comment se retrouver seuls ?« , Catalogue monographique de Camille Laurelli, école d’art de Grenoble, Grenoble, 2009.

« Avis de passage », Revue Pratiques, Réflexions sur l’art, n°21, L’ardeur de l’art même, Pratiques discrètes de l’art et leurs non-lieux, école d’art de Rennes, Automne 2010, p.60-65.


Nicolas Thély

Nicolas Thély est professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2. Il est directeur de la MSH-B

More Posts

Publié par

Nicolas Thély

Nicolas Thély est professeur des universités en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2. Il est directeur de la MSH-B

2 réflexions au sujet de « Basse définition (documents) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *