UYIO, le répertoire d’œuvres en ligne est désormais une archive

Dans cet entretien Nicolas Frespech explique la raison pour laquelle il a décidé de se séparer de UYIO, son répertoire d’œuvres en ligne, et de le déposer sur le site NT2. Son geste soulève la question de la pérennité des répertoires constitués par les amateurs et les artistes.

Professeur à l’école d’art de Lyon, Nicolas Frespech œuvre sur le réseau depuis 1996. L’œuvre collaborative, « Je suis ton amie… » où il invite les internautes à livrer leurs secrets, est la première œuvre en ligne acquise, en 1998, par une institution publique d’art contemporain (le FRAC Languedoc-Roussillon). Cette œuvre qui connaîtra une carrière mouvementée, censurée, délocalisée, n’est plus accessible à ce jour.

En 2004, l’artiste a inauguré L’Échoppe photographique, un projet insensé qui consiste à réaliser des œuvres photographiques commanditées par les internautes. Aujourd’hui, Nicolas Frespech a réalisé près de 1000 clichés. Anticipant Twitter, il se lance , en 2005, dans le microblogging et indexe son quotidien au fil des flux RSS. Toutes ses créations personnelles sont accessibles sur son site Internet.

Il y a quelques mois, Nicolas Frespech a pris la décision de transférer UYIO, un répertoire d’œuvres en ligne qu’il créé en 2001, sur le site NT2, site du laboratoire de recherche sur les œuvres hypermédiatiques basé à Montréal. Explications.

– Comment est né le projet d’un répertoire d’œuvres en ligne ?

J’ai créé ce projet en 2001 dans le cadre d’un Master web éditorial à l’université de Poitiers. Cela n’enchantait guère certains enseignants que je fasse un mémoire sur le net art plutôt que sur l’éducation à l’image. J’ai donc fait deux mémoires et un répertoire en ligne  ! Je tenais à cette idée d’un site de partage, je voulais fabriquer un outil qui donne des informations sur l’art en ligne et sur son actualité. C’était l’occasion aussi de me former techniquement. Ce répertoire a pris la forme d’une base de données réalisée en PHP et il permettait à ses utilisateurs d’imprimer les fiches.

– Que signifie UYIO ?

UYIO ne veut strictement rien dire. C’était l’un des derniers noms disponible en quatre lettres en point com.

– Comment avez-vous organisé l’enrichissement de votre répertoire ?

Les internautes et les artistes envoyaient directement leurs liens, je remplissais également moi-même les formulaires. J’avais déjà conscience à l’époque que les sites étaient fragiles mais j’avais de tout même sous estimé la fréquence des changements d’adresse et le taux de disparition des sites. Je passais beaucoup de temps à vérifier, à rechercher des informations et actualiser les sources. C’était une activité assez chronophage.

– À qui était destiné ce répertoire ?

En 2004, Google et FaceBook n’étaient pas encore les seules portes d’entrées sur le Web. J’œuvrais dans un souci de vulgarisation. J’avais même programmé un petit moteur de recherche pour que les visiteurs du site puissent prolonger leur recherche et trouver des infos sur les artistes. Il y avait aussi une version mobile pour valoriser les œuvres mobiles.

– Etait-ce la seule initiative à l’époque ?

Chacun d’entre nous avions dans nos navigateurs un répertoire en puissance : l’idée était de passer des favoris au répertoire. Rhizome, le site précurseur dans la défense de l’art internet, avait créé sa propre base de données en 1999, mais avec UYIO, j’avais la prétention de faire de mon répertoire un document de travail et d’échange, un prétexte pour engager une discussion sur l’art et l’Internet. J’ai toujours abordé la création en ligne en faisant des parallèles avec d’autres œuvres inscrites dans le réel. C’est la raison pour laquelle on trouve beaucoup de travaux de Claude Closky sur UYIO, car c’est un artiste qui passe d’un médium à l’autre sans se poser la question de la spécificité.

– Depuis mars 2011,  UYIO est hébergé sur le site NT2 du laboratoire de recherche sur les œuvres hypermédiatiques basé à Montréal. Pourquoi ? Qui a pris l’initiative ?

J’ai continué à faire vivre UYIO jusqu’en 2006. Mais entre temps le paysage de l’Internet avait changé, je me suis rendu compte qu’il y avait là un travail historique de collecte, et que mes notules de présentations étaient un peu dérisoires par rapport aux discours critiques et théoriques qui se développaient.

En octobre 2009, je me suis dit que je devais me débarrasser de ce travail afin qu’il soit pérenne. J’ai contacté NT2 et le dialogue s’est très rapidement mis en place. Je leur donnais les moyens d’intégrer un dispositif qui pré-existait à leur propre répertoire. A ce moment-là, j’avais les exigences d’un conservateur plutôt que d’un technicien. Je voulais que l’on conserve au delà du répertoire la dynamique du site, le back office, le moteur de recherche, les pages PHP, la mise en page colorée… Mais il y a eu un blocage technique.

– Que s’est-il passé ?

J’ai finalement demandé les clés du code FTP pour trouver une solution. Je suis redevenu technicien. Ce souci de basculement technique n’était peut-être pas la bonne solution. Je devais peut être mettre en ligne ce que les gens voulaient : le répertoire entendu comme trace historique. En même temps, je tenais à rendre accessible les données SQL, les données brutes, pour que les personnes intéressées puissent les extraire directement et travailler sur différents formats d’exportation. J’ai opté pour le PDFA qui sert à la conservation, le répertoire en ligne est resté sous un format HTML nettoyé ne conservant que les titres, les numéros, les dates d’insertion et les liens hypertextes.

– On trouve également d’autres documents.

J’ai fait une copie d’écran de la page d’accueil d’UYIO pour montrer l’état de l’art graphique de l’époque. J’ai fabriqué une carte heuristique du projet pour mettre en lumière l’élaboration et la mise en place de ce projet de conservation qui valorise les formats et les logiciels libres. J’ai également décidé de laisser « un son », un enregistrement audio pour expliquer les tenants et les aboutissant de ma démarche. Je prépare actuellement un fichier Epub (livre électronique).

– Qu’attendez-vous de ce transfert ?

Je ne suis pas certain qu’actuellement on ait véritablement conscience de la manière dont il faudrait conserver les créations en ligne et les enjeux qu’elles soulèvent. Cela me rappelle le problème avec le site des Secrets dont à ce jour je n’ai jamais pu voir une seule copie de sauvegarde, car elles n’existent certainement pas ! Aussi j’attendais de ce transfert un dialogue sur la manière dont un artiste peut se séparer de sa création. J’ai travaillé exclusivement par e-mail avec les membres de l’équipe de NT2 . Je n’ai rien signé, j’espère que le laboratoire ne fermera pas ses portes un jour… Mais aujourd’hui les ressources de UYIO sont accessibles, elles sont sous licence Art libre. J’ai contribué à ma manière à l’archéologie du réseau, maintenant c’est aux conservateurs, aux enseignants et aux chercheurs de s’approprier ces ressources et de les faire circuler.


Nicolas Thély

Professeur en art, esthétique et humanités numériques à l'université Rennes 2, Nicolas Thély est directeur de la Maison des Sciences de l'Homme en Bretagne (USR 3549).

More Posts

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *