Déjà là

Philosophie et esthétique sont tout particulièrement déstabilisées par l’irruption sur le réseau Internet de mondes anesthétiques, peuplés de productions sans qualités, qui déroutent le jugement esthétique et déplacent les théories de l’art vers des pratiques incertaines et diffuses. Elles sont contraintes de réfléchir elles-mêmes leurs propres déplacements tout en essayant de constituer un objet d’étude qui ne cesse de leur échapper : en effet, l’un des traits caractéristiques des pratiques en cours de constitution sur le Web est qu’elles ne s’achèvent jamais dans un art ou une activité générique parce qu’elles sont tributaires des innovations technologiques mises à disposition sur le marché des biens d’équipement audiovisuel et informatique.

Or la technologie a une incidence sur de notre manière d’être, de penser et d’agir : elle est révélatrice de notre époque. Par le truchement des pages personnelles, des salons de discussion et des webcams, Internet a, depuis une quinzaine d’années, littéralement propulsé l’espace domestique sur le Web. Promiscuité et isolement, présences à distance, identités plurielles et virtuelles : le rapport à soi et aux autres a changé d’échelle esthétique, conceptuelle et éthique. Comment penser ces bouleversements qui s’opèrent à chaque instant dans notre rapport au monde et aux autres ? Comment parler de quelque chose qui, au-delà du brouillage entre privé et public, peine à être identifié, peine à être nommé ?

Loin de se lancer dans une folle course à la théorisation d’objets fugaces et incongrus et de pratiques superficielles et passagères, l’auteur de ce carnet de recherche, enseignant-chercheur à Paris 1, examine depuis 1998 comment la technologie, et plus précisément Internet et la révolution numérique, restructure continuellement notre environnement sensible et intelligible ; comment les algorithmes contribuent discrètement à organiser des modes de recherche, à modérer les formats d’expression et à capitaliser textes, photos et vidéos déposés par tout un chacun.

Dans ce contexte de redistribution du sensible, de l’espace commun, philosophie et esthétique doivent d’une part continuer d’exercer leur droit de regard sur les productions contemporaines artistiques ou pas et, d’autre part, contribuer à penser notre disposition au monde qui ne cesse d’être sapée, brouillée notamment par les technologies de l’information.

Ce carnet de recherche a pour ambition de contribuer à inscrire ces disciplines académiques dans le champ des humanités numériques (digital humanities).


Nicolas Thély

Professeur en art, esthétique et humanités numériques à l’université Rennes 2, Nicolas Thély est directeur de la Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne (USR 3549).

More Posts

Follow Me:
Twitter

Une réflexion sur « Déjà là »

  1. Ceci est un exemple d’un commentaire dans WordPress. Vous pouvez la modifier pour mettre ici des informations vous concernant ou concernant votre site afin que vos lecteurs en sachent un peu plus sur vous. Vous pouvez créer autant de commentaires que vous voulez, et gérer l’intégralité de votre contenu dans WordPress.

Les commentaires sont fermés.